• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

L'Université Lyon 1 va-t-elle perdre l'Institut Pacha ?

A "Tamaris-sur-mer", le splendide immeuble est à l'abandon. / © France 3 Toulon
A "Tamaris-sur-mer", le splendide immeuble est à l'abandon. / © France 3 Toulon

Fin XIXè, le mécène Michel Pacha avait légué à l'université Lyon 1 un édifice à l'architecture d'inspiration orientale situé à La Seyne-sur-Mer à condition que s'y installe un institut de recherche en physiologie marine. Le laboratoire ayant fermé en 2008, les héritiers de Pacha ont saisi la justice

Par Sandra Méallier

Dans un arrêt du 19 septembre, la Cour d'appel d'Aix-en-Provence a jugé légitimes les prétentions des descendants de Michel de Pierredon, dit "Michel Pacha" sur ce bien, propriété de l'université de Lyon depuis 1890.

En première instance déjà, le tribunal de Toulon (Var) leur avait donné raison : en novembre 2011, les juges avaient prononcé la « révocation de la donation consentie par acte en date du 18 janvier 1890, pour cause d’inexécution des conditions dans lesquelles elle a été faite ».

Des recherches en physiologie marine ont été menée sur place jusqu’en avril 2008, date à laquelle l’Université Claude Bernard y met fin. Les personnels sont rapatriés sur le campus de La Doua, à Villeurbanne. Seule une activité menée par le CNRS est maintenue, mais elle porte sur la physique astronomique.

Dix-huit descendants de Michel Pacha souhaiteraient réhabiliter la demeure pour en faire un musée sur le thème de l’Orient et des phares.
Institut Pacha



Michel "Pacha"

Capitaine au long cours, il est fait, en 1855, directeur général des phares et balises de l’Empire ottoman par le sultan Abdülmecit Ier. Il fait construire 111 phares, et obtient un pourcentage sur les droits de navigation dans ces eaux, ainsi que la concession des quais et des ports d’Istanbul. Sa fortune est faite.

Sur le même sujet

Grands travaux entre St Etienne et Le Puy-en-Velay

Les + Lus