Cet article date de plus de 7 ans

Valls fustige des supporters qui sont plutôt "des casseurs"

"Il n'y a pas de place pour la violence": Le ministre de l'intérieur s'est dit prêt à lutter contre la violence des "supporters qui sont plutôt des casseurs" après les incidents lors du match Nice - St Etienne.On apprend par ailleurs qu'une enquête diligentée par le parquet de Nice est en cours.
© AFP

Une enquête est "en cours" depuis dimanche soir à la suite des violences et dégradations survenues au stade de l'Allianz Riviera à Nice en présence de supporteurs de Saint-Etienne, a indiqué lundi le procureur de Nice, Eric Bedos.Il y avait dimanche soir dans le stade un magistrat de Nice comme pour tous les matchs considérés "à risques", ainsi qu'un policier stéphanois, a précisé le procureur. Les vidéos vont notamment être exploitées pour identifier les auteurs de violences et de déprédations.Huit personnes -un supporteur stéphanois et sept Niçois (dont deux stadiers)- ont été blessées dans les échauffourées dimanche soir.

L'OGCN et les stadiers blessés ont annoncé leur intention de porter plainte. Le club niçois entend envoyer la facture des dégâts au club stéphanois.Un total de 220 sièges, dont 150 dossiers et 70 assises, ont été détériorés, a détaillé lundi le patron de Nice Eco Stadium, Xavier Lorcat Jacob. Il n'a pas chiffré le montant des dégradations, toutes survenues dans la tribune réservée aux supporteurs visiteurs, qui seront à la charge du club résident, l'OGCN.

"Ré-encager les stades, est-ce vraiment la solution?", s'est-il interrogé. "Je pense qu'il faut prendre un peu de temps et y réfléchir. La solution peut passer par le fait que ce type de supporteurs ne se déplacent plus lors de matchs classés à
risques", a-t-il estimé lors d'un point de presse.

"Les images de vidéosurveillance captées lors de leur entrée dans l'Allianz Riviera démontrent sans ambiguïté qu'il n'y a eu aucun +caillassage+ des bus stéphanois. Pas un véhicule n'apparaît avec une vitre brisée", a précisé lundi la
direction du club niçois sur son site internet, confirmant ainsi un premier constat de source policière.

Jean Michel Aulas s'est pour sa part exprimé dans un tweet sans ambiguité sur la complaisance des institutions :  

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur s'est dit, lui, déterminé à lutter ,avec le football professionnel, contre " la violence de supporters qui n'ont aucunement leur place dans des enceintes sportives":

##fr3r_https_disabled##
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence football as saint-etienne