Liquidation judiciaire de la charcuterie Eurexia dans la Loire

Le spécialiste de la charcuterie sèche Eurexia, qui faisait partie d'une liste de 250 entreprises agroalimentaires que le gouvernement souhaitait aider à l'export, vient d'être placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Saint-Etienne.

Basé à Saint-Chamond, l'entreprise qui compte 45 salariés et une dizaine d'intérimaires avait été sélectionnée par les ministères du Commerce extérieur et de l'Agroalimentaire pour bénéficier d'un accompagnement personnalisé à l'export pendant trois ans, sans que cette aide se traduise par une enveloppe budgétaire spécifique.

"Aucune offre de reprise n'avait été déposée auprès de l'administrateur judiciaire à la date limite fixée au 15 octobre", a expliqué Stéphanie Monnin, représentante des salariés pour la procédure collective. "Dégoûtée par tous les mensonges qu'on leur a racontés, la majorité des salariés, qui s'attendait à une issue rapide, avait décidé vendredi dernier de ne plus faire tourner la chaîne de production" de l'entreprise spécialisée dans le tranchage, conditionnement et négoce de charcuterie sèche, a-t-elle ajouté.

L'entreprise, dont une filiale polonaise n'est pas concernée par la liquidation, a souffert de la réduction des marges imposée par ses clients de la grande distribution. Coté sur le Marché libre de la Bourse de Paris jusqu'en 2010, Eurexia a réalisé
sur son dernier exercice un chiffre d'affaires d'environ 25 millions d'euros, pour une perte nette de 1,8 million. En début d'année, son PDG Gérard Vial avait tenté de s'affranchir des produits à marque distributeur, à faible marge, en développant
sa propre marque "Les saveurs d'origine".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter