A Clermont-Ferrand, le SMTC est contraint de rénover ses rames de tramway

Quatre millions d'euros. C'est le montant estimé de la rénovation des rames du tramway clermontois. La caisse d'assurance retraite et de la santé au travail a donné trois ans aux transports de Clermont pour procéder aux modifications, sous peine de sanctions financières. 

Le tramway de Clermont-Ferrand est en service depuis 2006.
Le tramway de Clermont-Ferrand est en service depuis 2006. © France 3 Auvergne
Des tablettes de conduite trop larges, des sièges également trop droits et trop rigides, répétition des mêmes gestes toute la journée...les cabines de pilotage sont inadaptées pour les conducteurs de tramway.

Huit cas de maladies professionnelles ont été déclarés, avec certaines fois des arrêts maladie de plusieurs mois. La société mixte des transports en commun de la ville de Clermont-Ferrand a donc décidé d'y apporter des modifications. Il faut dire qu'elle n'a pas vraiment eu le choix, car au vu du nombre élevé de maladies professionnelles, la caisse d'assurance retraite et de la santé au travail a donné trois ans aux transports de Clermont-Ferrand pour faire des modifications. Si elles ne sont pas faites, des sanctions financières seront infligées au SMTC.

Une bonne nouvelle pour les syndicats qui, depuis dix ans, se battent pour être entendus. Avant même la mise en circulation du tramway en 2006, le comité hygiène et sécurité avait émis des réserves dés la construction des cabines. A l'époque, la direction du SMTC était restée sourde. L'annonce de la modification des rames du tramway est donc une victoire. Une victoire que les syndicats ont obtenu en rassemblant les différents acteurs autour de la table. 

La facture s'annonce déjà salée : un total d'environ 4 millions d'euros, soit près de 80 000 euros  par cabine. Toutes les rames de Tramway en circulation devraient être rénovées d'ici fin 2016.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter