Hausse de la TVA : les centres équestres tentent de limiter la casse

Passant de 7 à 20%, l'équitaxe s'applique depuis le 1er janvier 2015... mais pas sur toutes les charges! Après les protestations du monde équestre, une TVA à 5,5% sur les infrastructures s'applique également. Les propriétaires de centres équestres doivent désormais jongler entre les deux taux.

Des taxes à 20, 7 ou 5,5 %... pour les chevaux c'est kif-kif bourricot.
Des taxes à 20, 7 ou 5,5 %... pour les chevaux c'est kif-kif bourricot. © France 3 Auvergne
Jusqu'au 31 décembre 2014, une leçon d'équitation était taxée à 7%. En novembre 2013, le gouvernement Ayrault avait décider de programmer une augmentation de cette taxe sur la valeur ajoutée à 20%. L'ensemble du monde équestre s'était alors retrouvé dans la rue. Alexandre Gomes,moniteur d'équitation à Orcet (Puy-de-Dôme) faisait partie de la manifestation clermontoise. "On a perdu quelques clients à l'annonce de la TVA (...) alors qu'on ne l'a pas vraiment répercuté sur nos clients", regrette-t-il.

Depuis, en se référant à une loi européenne, l’État a mis en place une TVA réduite à 5, 5 % pour certaines activités, notamment l’accès aux installations équestres, les animations, activités de démonstration et de découverte. L’enseignement de l’équitation, les prises en pension, le dressage, les ventes restent taxés à 20 %. Selon les charges des entreprises, les propriétaires de centres équestres peuvent donc jongler entre cette taxe à 5,5 et la TVA à 20%

"En utilisant ces deux lois, on arrive à faire une moyenne qui pour chaque centre équestre est différente. Avec mes experts comptables, on estime qu'on tourne autour des 12%, soit une augmentation de 5%... Une augmentation qui va aller directement dans les caisses de l'Etat !", fait remarquer Olivier Dauphin, propriétaire du Centre hippique du Val d'Orcet.

durée de la vidéo: 01 min 35
Hausse de la TVA dans les centres équestres

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
équitation économie