Cet article date de plus de 6 ans

L'Ecole va au cinéma, entre animation barrée et ovni poétique

La séance de courts-métrages proposée par la Cinémathèque Régionale Oroleis aux écoliers du département, mais aussi à tous ceux qui ont gardé leur âme d'enfant ne dure que 50 minutes, mais a tout d'une grande. Sur grand écran, 7 courts se succèdent, 7 salves d'applaudissements. Du bonheur !
"Princesse", mon coup de coeur pour ce programme EVAC.
"Princesse", mon coup de coeur pour ce programme EVAC.
Dimanche matin, la neige tombe, le vent souffle et la place de Jaude est quasi déserte. POur mon premier jour de couverture de festival, il s'agit de la jouer serrer et de m'économiser néanmoins assez pour tenir sur la durée. Alors l'idée arrive, naturelle, douillette et lumineuse ... Pourquoi n'irai-je pas m'enfermer bien au chaud dans une salle obscure pour tester sur le terrain une séance de courts ? Après tout, c'est l'occasion d'être au coeur du sujet et de chercher l'information à la source !

Retourner à l'Ecole qui va au cinéma

Direction donc la salle Capitole 2 pour la séance EVAC de 11h : l'Ecole va au Cinéma. Et là, première surprise, je ne suis pas la seule à avoir eu cette idée, la salle est quasi pleine. Des familles, des adultes seuls (et oui, les séances jeunes publics sont un petit plaisir régressif qu'il ne faut pas refuser de s'offrir quand l'envie vient)... Ne restent que quelques sièges sur le côté, mais ça ira très bien ! Noir dans la salle, tout le monde est prêt, calé, ça peut démarrer...

Le premier film, une fiction animée, ne nous dépayse pas trop : il neige sur l'écran comme il neige dehors, à plein temps. "La moufle" est l'histoire d'une petite fille, en vacances chez ses grans-parents, qui tente une expérience en laissant traîner une de ses moufles dans la neige pendant toute une nuit. De jolis dessins naïfs, une histoire rigolote : une bouffée de bonne humeur pour commencer en beauté la séance.

"Illustration : compostage" prend la suite. Le titre, à lui seul, fait assez peur. Avouez que vous aussi, vous avez du mal à imaginer un court-métrage, aussi court soit-il, sur un thème aussi rébarbatif que ce juste travail de la nature qu'est le compostage. Et c'est peut-être aussi pour ça que ce film est l'une des plus grosses surprises de ce programme. En 3 minutes de plan fixe, un enfant de 3 ans peut tout comprendre à ce processus tout en ayant vu une oeuvre, je dis bien une oeuvre, esthétiquement réussie. Une ode à la nature gaie et réussie.

Coup de coeur

"Princesse" est l'histoire de Loïs, 7 ans. Une belle enfant blonde avec quelques kilos en trop selon les "normes" dictées par la société, mais la tête pleine de rêves d'une enfant de son âge, en particulier celui d'être une princesse, dans une belle robe rose en tulle et tout et tout. Son papa l'adore, et fera tout pour lui permettre de réaliser son rêve, envers et contre tout. Et finalement, surtout contre tout, puisque la seule robe de princesse qui reste est un peu juste pour Loïs, et il s'agira d'y rentrer quand même. Beaucoup d'humour, un travail sur le son magnifique, une jeune actrice qui crève l'écran. Mon coup de coeur (subjectif, bien sûr, un psychanaliste parlerait peut-être de projection ou quelque chose du genre...)

Animation barrée

"Timber" ("Brutes de bois" en français) est un choc. Je ne pensais pas pouvoir souffrir devant un dessin-animé racontant l'histoires de bûches de bois. Ce fut pourtant le cas, et au-delà de ce que je pouvais imaginer. Car ces bouts de bois sont cruels et le petit film qui débute comme une comédie finit dans une sorte de film d'horreur animé par une nuit glacée au fond des bois. Rassurez-vous, un enfant peut le voir et n'en fera pas de cauchemar. Mais ce soir, avant de fermer les volets, je regarderai autrement les arbres devant ma fenêtre qui devront passer, encore une fois, une nuit dehors dans le vent glacé....

Ovni poétique

"Lila" est une sorte d'ovni poétique à mi-chemin entre le film et l'animation. Une sorte d'Amélie Poulain (mais si elle vous énerve, ne vous braquez pas, laissez une chance à Lila !) armée d'un carnet à dessins et de pastels qui instille de la magie dans le monde qui l'entoure grâce à son oeil pétillant, son esprit taquin, sa bonne humeur communicative et ses dessins colorés. Un monde parallèle plus beau, plus drôle, plus heureux... Une très belle réalisation en tous cas, alliant une photographie superbe à une animation très stylisée. De la belle ouvrage !

La séance se termine par deux films dont je ne vous dirai rien ici, pas parce qu'ils sont mauvais, mais parce qu'il faut quand-même garder un peu de suspense. Il faudra donc y aller pour en savoir plus : "Deux amis" et "Den Magiske Tiden" (Rites de passage) ont eux aussi récolté leur lot d'applaudissements mérités par des enfants et des parents redevenus enfants pendant un peu moins d'une heure, et qui auraient sans doute apprécié quelques minutes supplémentaires de rêverie et de chaleur... avant de retourner à la dure réalité. A la sortie, la neige a redoublé. Alors maintenant, on va voir quoi ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival du court-métrage de clermont-ferrand