Cet article date de plus de 6 ans

La Master Class de Gérard Krawczyk vue par Naïla, notre stagiaire de troisième

Comme beaucoup d'entreprises, France 3 Auvergne accueille en ce moment des stagiaires de troisième. Naïla suit l'équipe web sur le festival du court-métrage; nous lui avons demandé de rédiger elle aussi un article. Elle nous raconte la Master Class de Gérard Krawczyk.
Les notes de Naïla.
Les notes de Naïla.
Hier, mardi 3 février 2015, Gérard Krawczyk a tenu une master class à l’IADT de Clermont en partenariat avec le festival du court-métrage. Au cours de la conférence, M.Krawczyk nous a expliqué ses débuts au festival suite à ses études cinématographiques et nous a fait part du bon souvenir qu’il en a gardé.

Nous avons retrouvé un Gérard Krawczyk très accessible et très humble qui nous parlé de son parcours. Après avoir évoqué ses débuts en 1981 avec un film réalisé dans le cadre de ses études, il a raconté ses difficultés, les déserts qu’il a eu à traverser, ses erreurs, ses coups de chances comme la rencontre avec Michel Blanc qui l’a fait sortir de l’ombre et ses succès notamment avec « je hais les acteurs » et Taxi 1, 2, 3 et 4. 

Le réalisateur a également partagé ses conseils avec le public. Il a listé les erreurs à éviter comme ne pas être vigilant sur les contrats que l’on signe et il a donné quelques tuyaux pour un film réussi : « ne pas perdre le film en route » et avoir une touche d’originalité, une « bonne raison » qui donnera envie au spectateur d’aller voir le film. 

Pour G. Krawczyk, il y a 3 choses indispensables à la réussite, trois mots magiques : le travail, le talent et la chance. Pour lui, le monde du cinéma est très ouvert contrairement à ce que l’on peut penser mais en manque de budget. 

Il a enfin insisté sur l'importance d'une bonne histoire : « le trésor de guerre d’un réalisateur, c’est son scénario. »
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival du court-métrage de clermont-ferrand