• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Firminy : Une femme molestée dans la rue parce qu'elle ne voulait pas du foulard islamique

"Leila", 27 ans,a été violemment prise à partie hier en plein centre de Firminy parce qu'elle refusait le foulard qu'un inconnu voulait lui imposer dans la rue. Cette tunisienne a été insultée, giflée et molestée avant qu'une patrouille de police n'intervienne et mette en fuite l'individu.           

Par Philippe Bette

"Il l'a d'abord insultée en algérien et puis molestée". "Faycal", son mari n'en revient toujours pas. Sa femme tunisienne "Leila" a été violemment agressée hier vers 14h00 en plein centre de Firminy par "un homme barbu, d'une cinquantaine d'années" qui voulait lui imposer le port du foulard. "Il faut que tu mettes ça", lui a-t-il ordonné. Et comme elle s'y refusait et tentait de le raisonner, il l'a giflée, traité de "salope" et il lui a craché au visage".

Un acte d'une violence rare que "Faycal", français d'origine tunisienne, n'entend pas laisser passer, tant il apparaît lourd de sens aujourd'hui. Il va porter plainte. Il accompagne ce matin son épouse, commotionnée, chez le médecin pour faire établir les brutalités dont elle a fait l'objet : L'homme lui a retourné le bras avant qu'une patrouille de police n'intervienne par hasard et mette en fuite l'individu.

"Je ne pensais pas que cela puisse se produire en France"

"Faycal" se décrit lui-même comme "un enfant de la République ayant grandi à Paris, dans l'esprit de la laïcité". Lui se dit agnostique, mais sa femme est de confession musulmane. Il respecte toutes les croyances et souhaite donc partager son émotion car "cet acte-là n'est pas anodin : Je le ressens, dit-il. Je connais ces gens-là. Ils nous testent. Ils voient jusqu'où la société française peut aller". Tout en précisant bien qu'il ne sur-réagit pas à l'événement.

"Faycal" souhaite garder l'anonymat, tout comme son épouse "Leila". Elle non plus ne comprend pas. Elle portait un bonnet bien enfoncé sur les oreilles et portait un jogging le jour de l'agression. Tous deux nous demandent d'utiliser des noms d'emprunt pour ne pas les exposer davantage. Ils craignent visiblement des représailles.
"Leila" va rentrer au pays pour se remettre des ses émotions.... "Pour retrouver un peu de chaleur humaine" explique "Faycal".   
           

Sur le même sujet

Explosion à Lyon : le point sur les blessés samedi en fin de journée

Les + Lus