En Auvergne non plus, le chien guide d'aveugle n'est pas toujours le bienvenu

"Non, on ne peut pas ranger notre chien dans notre poche". C'est le message que veut faire passer la Fédération française des associations de chiens guides d'aveugles dans une campagne nationale sur internet et les réseaux sociaux. Trop de chiens se voient encore refuser l'accès à des lieux publics.

Selon plusieurs enquêtes menées en 2013 et 2014 par les associations, l'accès à 15 % des lieux ouverts au public poserait problème en France. Des chiens guides se voient refuser l'entrée, alors que la loi l'interdit. Il s'agirait surtout des maisons d'hôtes, taxis, hôtels, piscines, salles de sport, et dans une moindre mesure des hôpitaux. Qu'en est-il en Auvergne ? Nous avons posé la question à une jeune Clermontoise

"Là où l'on retrouve le plus de difficultés, ce sont les taxis effectivement qui refusent encore beaucoup les chiens guides", estime Laurence Vanel, non voyante. Parmi les arguments avancés : "Nous ne sommes pas disponibles, je suis allergique aux poils de chien ou ça salira ma voiture...", énumère la jeune femme.

Quelques minutes plus tard, elle tente de réserver dans une chambre d'hôte de la région, en précisant la nature de son handicap. "Non, je ne prends pas les animaux", répond la voix au bout du fil.
"Cette personne se doit de me recevoir", explique Laurence Vanel. "Elle accueille du public, elle doit se conformer à la loi, autrement elle risque une amende assez conséquente". De l'ordre de 150 à 450 euros...

La loi méconnue

Selon un sondage Opinion Way réalisé pour la FFAC en février dernier, 96 % des personnes interrogées estiment que l'accès des chiens guides d'aveugles aux transports et lieux publics est une bonne chose. Pourtant, le droit est méconnu puisque 37 % pensent que le chien guide doit rester à l'extérieur chez le boucher ou dans un magasin de bouche. 

La Fédération française des chiens guides d'aveugles a donc lancé ce jeudi 12 mars une campagne sur les réseaux sociaux et internet. Elle mise sur l'humour pour tenter d'améliorer les choses. En outre, un observatoire sur l'accessibilité des chiens guides va répertorier les manquements à la loi.

Laurence Vanel, elle, veut sensibiliser les jeunes générations. Avec son labrador femelle, Fleur, elle se rend dans les écoles pour informer les élèves. 
En France, 61.000 personnes sont aveugles et 146.000 malvoyantes profondes. Seules 1.500 bénéficient d'un chien guide.
Voir le reportage de Jérôme Doumeng et Eric Taxil

n