L'ASM a finalement gagné de peu le dernier match au Michelin de la phase régulière : 22 à 19 face à une équipe Toulonnaise très remaniée. Les jeunes joueurs de Toulon ont mis du cœur à l’ouvrage et sans certaines erreurs de finition auraient pu l’emporter.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La jeune équipe Varoise alignée par Bernard Laporte a bien perturbé le jeu d’une ASM brouillonne pendant toute la première mi-temps : 6 à 6 à la pause, un résultat comme un petit miracle.

Un match sans âme
Le public Clermontois ne s’y est pas trompé et pour une fois l’ambiance était mitigée au Michelin, sifflets et applaudissements se succédaient, le public pourtant présent en nombre s’agaçait (chose rare !) face à des joueurs qu'il jugeait trop apathiques.
Un match sans âme et une charnière blessée dès la première demi-heure de jeu : Radosavljevic à la 18éme puis Lopez à la 29éme, laissaient leur place à Parra et Delany qui ont fait du bien, ils ont réussi à se distinguer sur la pelouse en remettant quelque peu leur équipe dans le bon sens et en se partageant les points marqués : un essai pour Parra et une transformation et cinq pénalités pour Delany.
Même l’essai de Parra récompensant un bon travail des avants à la 70éme et qui permet à l’ASM de mener de dix points ne suffit pas à resserrer le jeu. Le danger vient de partout et désorganise les lignes jaunes et bleues. Le jeune ailier toulonnais Tuisova, très en vue et engagé, inscrit un essai dans la foulée (77éme) qui permet à son équipe de revenir dans les clous du bonus défensif.
Clermont est donc contraint de jouer les dernières minutes de ce match laborieux sous pression. Parra se voit refuser un second essai à la sirène, les Toulonnais conservent un point de bonus mérité.

Cérémonie d'adieu
Le public, irrité sans doute de se voir sans cesse cité comme "meilleur public de France qui se contente de finales perdues", a voulu se rebeller et a copieusement sifflé l’arbitre Monsieur Péchambert qui range son sifflet et ne méritait pas une sortie sous les huées pour le dernier match de sa carrière. Le président de l’ASM Eric de Crosmières et le manager Jean-Marc Lhermet ont également subi la pression d’un public énervé qui s’est finalement calmé pour rendre aux joueurs sur le départ l’hommage qu’ils méritent.
Car suivait la cérémonie d’adieu aux joueurs qui quittent le club et la liste est longue cette année : Julien Bonnaire, Julien Pierre Jean-Marcellin Buttin, Napolioni Nalaga, Mike Delany, Thierry Lacrampe ou encore Julien Malzieu.
Une sortie un peu attristée par cette victoire au goût amer. Ces grands joueurs auraient mérité un dernier match plus abouti sur la pelouse du Michelin.

Deux fauteuils pour trois
L'ASM laisse la première place du classement du Top 14 à Toulon. Les deux places d'accession directe aux demi-finales vont se jouer entre trois clubs : Toulon, Clermont et le Stade Français. Plus qu'une journée pour se départager.

La semaine prochaine, Clermont se déplace à Montpellier qui n'a plus rien à gagner mais sûrement pas envie de finir une saison moyenne sur une mauvaise note. Le Stade Français va à Brive qui joue le maintien et va mettre toutes ses forces dans la bataille. Enfin Toulon reçoit Oyonnax qui veut confirmer sa bonne saison et rester dans les six qualifiés pour les phases finales. Une 26éme journée à suspense.