• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Maisons de retraite : des tarifs variables mais souvent trop chers pour les résidents

Madeleine doit se fait aider par son fils pour payer le loyer de sa maison de retraite
Madeleine doit se fait aider par son fils pour payer le loyer de sa maison de retraite

« Retraite Plus », un organisme spécialisé, vient de publier une étude comparant les tarifs des maisons de retraite en France. Avec 2619 € par mois en moyenne en Auvergne, la région se situe entre l’Ile de France, la plus chère, et Poitou-Charentes, la moins chère (2325 €)

Par Gérard Rivollier

Les prix d’hébergement en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées et Dépendantes) sont très variables selon que l’on se trouve à Paris (4430 €) ou à Clermont-Ferrand (2743 €).
C’est ce que révèle l’étude de « Retraite Plus ».
Des écarts importants entre les villes, entre les régions, et même au sein de chaque département.
Début 2014, l’UFC-Que Choisir a conduit le même type d’enquête à un niveau plus fin, et là encore, on constate de grandes variations de tarifs selon les établissements.

Des maisons de retraite relativement bon marché en Haute-Loire

En Haute-Loire, selon cette étude réalisée sur le terrain par des enquêteurs anonymes, les tarifs s’échelonnaient alors de 1500 à 1993 euros par mois dans les 23 établissements publics et privés visités.
Mais le président de l’UFC 43, Yves Jouve, tient à relativiser :

« La moyenne des retraites dans notre département est de 833 euros mensuel, cela représente la moitié d’un loyer en maison de retraite. Nous avons des témoignages de personnes contraintes de vendre la maison familiale pour aider leur mère ou leur père à payer ce loyer ! ».

Au Foyer Saint-Dominique, à Vals, à côté du Puy-en-Velay, Madeleine veut bien reconnaître qu'elle n'y arrive pas toute seule.
Elle s’est installée dans l’établissement il y a trois ans après une chute. Sa retraite de couturière et la pension de réversion de son mari ne suffisent pas, c’est son fils unique qui doit l’aider financièrement.

Malgré les aides du Département (ex Conseil général) pour la prise en compte de la dépendance, il reste un ticket modérateur à la charge des familles, et Madeleine doit régler environ 60€ par jour.

« Très peu de nos 55 résidents disposent de revenus suffisants pour faire face », reconnaît Nadine Valette, responsable de l’EHPAD.

Moins cher qu’un hôtel deux étoiles !

Trop chères alors les maisons de retraite ?

L’âge moyen de plus en plus élevé des résidents (89 ans à Saint-Dominique) impose des équipements adaptés et un personnel qualifié, et cela explique les tarifs, selon Benoit Vaz, président du groupe Quiedom qui gère le foyer de Vals-près-le Puy mais aussi  trois autres structures.

Il avance une comparaison :

« Aujourd’hui, pour une maison de retraite en France, le prix d’hébergement est en moyenne de 75 euros par jour. Si l’on compare avec un hôtel deux étoiles, à 75 €, vous avez une chambre pour une nuit, souvent le petit déjeuner n’est pas compris. Nous, nous proposons la chambre, les repas, un goûter, des animations, un encadrement professionnel. On ne peut pas dire que la maison de retraite est chère. Mais je reconnais que la prise en charge est compliquée pour les personnes qui n’ont pas les revenus suffisants. C’est plus le problème global du financement par la société du vieillissement et de la dépendance qui est posé là ».

Le fameux cinquième risque souvent évoqué dans les discours politiques visant à réformer la prise en charge de la dépendance en France…
Les enquêtes de l’UFC- Que Choisir  ou de « Retraite plus » ont au moins le mérite de relancer ce débat.

Des tarifs variables selon les maisons de retraite mais souvent trop élevés pour les résidents
Enquête de "Retraite Plus" sur les tarifs des maisons de retraite

 

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus