5 questions sur le nouveau réseau Tag dans l'agglomération de Grenoble: nouvelles lignes, tarifs, polémiques...

Aperçu du plan du nouveau réseau Tag à Grenoble et son agglomération. / © Capture d'écran
Aperçu du plan du nouveau réseau Tag à Grenoble et son agglomération. / © Capture d'écran

Le réseau de transports en commun de l'agglomération de Grenoble, "Tag", est totalement modifié à compter de ce lundi 1er septembre 2014. France 3 Alpes fait le point sur les nouveautés.

Par Mickael Guiho

C'est l'heure du grand chambardement. Tout le réseau "Tag" -les tramways et bus de l'agglomération- est remodelé. Les lignes changent de nom ou de numéro, parfois d'horaires et de parcours. La Tag a publié un maximum d'informations, notamment sur son site internet. Voici l'essentiel en 5 questions.

Pourquoi un nouveau réseau?

La restructuration du réseau devrait permettre de faire des économies. D'une part, parce que les lignes les moins fréquentées -donc les plus coûteuses- sont modifiées ou supprimées. D'autre part, parce que la fréquentation pourrait grimper de 25%, comme ce fut le cas lors d'une réforme similaire sur le réseau Tan à Nantes (Loire-Atlantique).

Les promoteurs vantent les mérites d'un nouveau réseau "plus attractif et accessible". Objectif affiché: que 99% des habitants de la Métro aient un arrêt de tram ou de bus à moins de 500 mètres de leurs domiciles.

>> Voir le plan détaillé du nouveau réseau

Le tramway est-il concerné?

Les trams ne sont pas trop bousculés, mais trois nouveautés sont à signaler:
  • La ligne B est prolongée sur 1.8km au-delà de "Cité Internationale", jusqu'à "Grenoble Presqu'Île", au niveau du pont d'Oxford.
  • La ligne D, bien que peu fréquentée (5.000 voyageurs par jour contre 90.000 pour la A), circulera désormais aussi le soir.
  • La ligne E retrouve ses deux rames (l'une avait été arrêtée très tôt cet été pour des tests) et 12 autres rames seront progressivement installées.
Inauguration du Tram E à Grenoble
Intervenants: Laëtitia Follin, Conductrice du Tram E; Geneviève Fioraso, Secrétaire d'Etat à la Recherche; Eric Piolle, Maire de Grenoble

"Chrono", "Proximo", "Flexo": c'est quoi?

Les bus deviennent une véritable alternative au tramway! C'est l'ambition de la Tag avec les 6 lignes "Chrono" (bus jaunes) créées, à l'image de la seule qui existe aujourd'hui, à Meylan (et qui fonctionne très bien). Des bus circuleront ainsi avec une amplitude horaire et une fréquence similaires à celles des trams : de très tôt le matin jusqu'au milieu de la nuit (1h-1h30), toutes les 5 à 10 minutes les heures de pointes.

Les Chronos sont en haut de la nouvelle "hiérarchie" des bus Tag. En-dessous se trouvent les 12 lignes "Proximo" (bus bleus), qui desservent les quartiers les plus denses de l'agglomération et les relient aux lignes premium (Chrono et tram). Puis, il y a les 28 lignes "Flexo" (bus fuchsia) destinées aux quartiers et communes périphériques, elles sont limitées aux seules heures de pointes (matin, midi et soir), mais peuvent être réservées pour n'importe quelle heure, à condition de téléphoner 2 heures avant.

Récit Grégory Lespinasse
Nouveaux horaires de bus et tram à Grenoble

Tout le monde est-il content?

Malgré les bonnes intentions affichées par le propriétaire et l'exploitant du réseau, des usagers se mobilisent déjà.

Une association "J'aime ma ligne 17" s'est créée pour protester contre les nouveaux horaires applicables sur cette ligne. C'est l'une des rares qui ne change ni d'appellation, ni de parcours, mais certains usagers avancent qu'ils perdront 10 à 15 minutes et que les nouveaux bus seront pleins.

Par ailleurs, une pétition a rassemblé plus de 350 signatures contre la suppression de la ligne 26, qui reliait Gières et Fontaine. Elle est remplacée par la ligne Chrono C5, mais celle-ci s'arrête au Palais de Justice et ne dessert donc plus Fontaine.

>> Voir le tableau comparatif Anciennes Lignes / Nouvelles Lignes

Combien coûtera le ticket?

La bonne nouvelle, c'est que le prix du ticket diminue un peu : il passe de 1.60€ (l'un des plus chers en France) à 1.50€.
Cependant, pour encourager les usagers à ne pas ralentir les bus, le prix du ticket à bord, auprès du chauffeur, est dissuasif : il grimpe à 2€.

Vous êtes prévenus: mieux vaut acheter son ticket à l'avance, sur un automate ou chez un dépositaire.

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus