Ain: un violent incendie résiste aux soldats du feu

Un canadair se ravitaille à proximité de la commune de Messimy sur Saône- Le 17 juillet 2015 Frédéric PANIER / © Frédéric PANIER
Un canadair se ravitaille à proximité de la commune de Messimy sur Saône- Le 17 juillet 2015 Frédéric PANIER / © Frédéric PANIER

Quelque 300 hectares sont déjà partis en fumée. Depuis hier, jeudi 16 juillet, un violent incendie fait rage à Saint-Maurice-de-Gourdans (Ain). D'importants moyens, notamment aériens, ont été mobilisés pour maîtriser le sinistre. Ce vendredi les flammes courent toujours.

Par Isabelle Gonzalez

 Le feu est parti vers 16H00 "à proximité d'une casse" avant de se propager à la végétationenvironnante. Cinquante véhicules de secours, 150 soldats du feu venus de l'Ain, du Rhône, de la Loire et de l'Isère, ainsi que quatre canadairs venant de Marignane (Bouches-du-Rhône) ont été mobilisés, dans un département peu habitué à voir passer des avions bombardiers d'eau.
La situation semblait maîtrisée tard dans la soirée après que 300 hectares aient été brûlés et 200 autres parcourus par les flammes.
Des équipes se sont cependant relayées toute la nuit en raison d'une météo défavorable: une température proche des 30 degrés en soirée, une faible humidité et du vent. "Une bourrasque peut faire repartir une particule incandescente", expliquait un pompier.
Et il avait raison! car le feu est repartit et ce vendredi de nombreux moyens sont encore sur place, les canadairs continuent leurs rotations.

L'Ain, département aux 1.000 étangs, est rarement le théâtre de feux estivaux de ce type. Mais le peu de pluie depuis le printemps et la chaleur persistante depuis fin juin a transformé la région en un terrain archi-sec susceptible de prendre feu à la moindre étincelle.
L'Ain est d'ailleurs classé en vigilance sécheresse: professionnels et particuliers sont invités à faire des économies d'eau mais aucune restriction n'est prononcée. Si la situation empirait, le préfet pourrait décider de classer des zones en "alerte", "alerte renforcée" ou même "crise", impliquant alors des interdictions de prélèvements plus ou moins strictes.

Ravitaillement canadair dans l'Ain


A

Sur le même sujet

Les + Lus