• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Belley : la ministre du Travail dans l'Ain pour défendre le Pacte d'investissement dans les compétences

© Yaëlle Marie
© Yaëlle Marie

La ministre du Travail est dans l'Ain pour présider la signature du Pacte régional d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes. La Région Auvergne-Rhône-Alpes s'est désolidarisée de l'opération car elle ne partage pas la philopophie du projet.

Par Philippe Bette


Muriel Penicaud est, ce lundi 15 avril, à Belley (Ain) pour assister à la signature du Pacte régional d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes. L'ambition de ce plan est de former en France deux millions de jeunes et de demandeurs d'emplois peu ou pas qualifiés, des "décrocheurs" notamment. Il s'agit aussi de transformer le système de formation professionnelle. En Auvergne-Rhône-Alpes, contrairement à d'autres Régions qui sont les relais de l'Etat, c'est Pôle-emploi qui va gérer seul ce dispositif de 652 millions d'euros sur quatre ans.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes s'est désolidarisée de cette opération gouvernementale, dont elle devait être partie prenante. Stéphanie Pernod Beaudon, vice-présidente déléguée à la formation professionnelle justifie l'absence de la Région : "Je remarque la contradiction de l'Etat qui nous demandait d'augmenter notre budget formation de 20 millions pour signer ce pacte et répondre à ses propres critères alors que l'Etat nous fait signer dans le même temps un pacte de confiance pour ne pas augmenter les dépenses de la Région" . La Région se dit par ailleurs engagée dans d'autres opérations sur l'emploi pour d'autres publics.

Une divergence d'approche que la Région résume en une phrase : "Le gouvernement pense que financer plus permet de former plus. Nous pensons que financer mieux permet de former mieux". 

Ce dossier a alimenté la controverse au sein même de la majorité au Conseil régional. Le groupe Modem, qui avait noué une alliance avec Laurent Wauquiez lors des dernières élections régionales, s'est divisé à ce sujet. Pour une partie des conseillers régionaux Modem, il s'agissait pour le président "Les Républicians" d'afficher sa rupture avec la politique gouvernementale de l'emploi pour "des raisons électoralistes".    
 
  
Muriel Penicaud a mis en cause Laurent Wauquiez et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l'une des rares en France à ne pas adhérer au dispositif. Elle a regretté "le désinvestissement de la Région dans le capital humain". Selon elle, la Région aurait supprimé 60% des entrées en formation "pour afficher une baisse de budget de fonctionnement". Un chiffre contesté par la Région.     

Reportage de Yaëlle Marie et Thierry Swiderski
Belley : Muriel Penicaud met en cause Laurent Wauquiez
La ministre du travail est lundi dans l'Ain pour présider la signature du Pacte régional d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a mis en cause Laurent Wauquiez. La région Auvergne-Rhône-Alpes s'est désolidarisée de l'opération car elle ne partage pas la philopophie du projet.
      
 Photo. Un comité d'accueil de Gilets Jaunes attendait également la ministre du Travail à son arrivée à Belley (Ain) 
Quelques Gilets jaunes ont accueilli Muriel Penicaud à Belley (Ain) / © Yaëlle Marie
Quelques Gilets jaunes ont accueilli Muriel Penicaud à Belley (Ain) / © Yaëlle Marie
  

Sur le même sujet

Partez sur les traces des résistants dans les Combrailles (63)

Les + Lus