• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Belley : la ministre du travail vient défendre le pacte d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes

© Yaëlle Marie
© Yaëlle Marie

La ministre du travail est lundi dans l'Ain pour présider la signature du Pacte régional d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes. La région Auvergne-Rhône-Alpes s'est désolidarisée de l'opération car elle ne partage pas la philopophie du projet.     

Par Philippe Bette

Muriel Penicaud est lundi à Belley (Ain) pour assister à la signature du Pacte régional d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes. L'ambition de ce plan est de former en France deux millions de jeunes et de demandeurs d'emplois peu ou pas qualifiés, des "décrocheurs" notamment . Elle est aussi de transformer le système de formation professionnelle. En Auvergne-Rhône-Alpes, contrairement à d'autres régions qui sont les relais de l'Etat, c'est Pôle-emploi qui gérera seul le dispositif, 652 millions d'euros sur quatre ans.

La région Auvergne-Rhône-Alpes s'est désolidarisée de cette opération gouvernementale, dont elle devait être partie prenante. Stephanie Pernod Beaudon, vice-présidente déléguée à la formation professionnelle justifie l'absence de la Région "Je remarque la contradiction de l'Etat qui nous demandait d'augmenter notre budget formation de 20 millions  pour signer ce pacte pour répondre à ses propres critères quand l'Etat nous a fait signer un pacte de confiance pour ne pas augmenter les dépenses de la région" . La région se dit par ailleurs engagée  dans d'autres opérations sur l'emploi pour d'autres publics.

Une divergence d'approche que la Région résume en une phrase : "Le gouvernement pense que financer plus permet de former plus. Nous pensons que financer mieux permet de former mieux. 

Ce dossier a alimenté la controverse au sein même de la majorité au conseil régional. Le groupe Modem, qui avait noué une alliance avec Laurent Wauquiez lors des dernières élections régionales, s'est divisé à ce sujet. Pour une partie des conseillers régionaux Modem, il s'agissait pour le président des Républicians d'afficher sa rupture avec la politique gouvernementale de l'emploi pour des raisons électoralistes.    
 
  
Muriel Penicaud a mis en cause Laurent Wauquiez et la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'une des rares en France à ne pas adhérer au dispositif : Elle a regretté "le désinvestissement de la Région dans le capital humain"  Selon elle, la région aurait supprimé 60% des entrées en formation "pour afficher une baisse de budget de fonctionnement" . Un chiffre contesté par la région.     

Le reportage de Yaëlle Marie et Thierry Swiderski :
Belley : Muriel Penicaud met en cause Laurent Wauquiez
La ministre du travail est lundi dans l'Ain pour présider la signature du Pacte régional d'investissement dans les compétences en Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a mis en cause Laurent Wauquiez. La région Auvergne-Rhône-Alpes s'est désolidarisée de l'opération car elle ne partage pas la philopophie du projet.




        
 

 Comité d'accueil pour la ministre du travail à son arrivée  à Belley (Ain) :  
Quelques Gilets jaunes ont accueilli Muriel Penicaud à Belley (Ain) / © Yaëlle Marie
Quelques Gilets jaunes ont accueilli Muriel Penicaud à Belley (Ain) / © Yaëlle Marie
  
 

Sur le même sujet

Belley : Muriel Penicaud met en cause Laurent Wauquiez

Les + Lus