Dans l'Ain, les associations de donneurs de sang battent le rappel à deux mois des JO

Les associations de donneurs de sang sont dans les starting-blocks avant les jeux olympiques de Paris 2024. Leur congrès national se tient à Bourg-en-Bresse, dans l'Ain. Il vise à rappeler qu'il est essentiel d'être en mesure de répondre à une demande accrue, liée à la venue massive de visiteurs du monde entier.

L'action des amicales et autres associations de don du sang est capitale dans la collecte de sang. Il en existe 2 650 dans l’Hexagone.

Leur congrès national se tient tous les deux ans, il permet à l'ensemble des associations, des animateurs et des bénévoles œuvrant pour le don de sang de coordonner leurs actions.

Cette année, le congrès national de la Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole se tient à Bourg en Bresse dans l'Ain jusqu'au 11 mai.

L'importance de la collecte en milieu rural

Le congrès est essentiel pour organiser les dons, le travail des bénévoles et assurer l’intendance notamment en milieu rural.
Ce congrès fait la part belle aux chercheurs, aux médecins qui viennent remercier et informer, pour que le public garde la flamme car cette année les J.O. changent la donne comme le souligne Jacques Allegra, le président national des donneurs de sang. "Les Jeux olympiques vont être, aussi pour le don du sang et de la transfusion sanguine, un évènement majeur. Il y a un cap à passer car les stocks devront être au maximum pour plusieurs raisons. La première raison, c’est si malheureusement il y avait un évènement grave qui se produisait et le deuxième évènement, c’est qu’il va être extrêmement difficile de collecter en Île-de-France."

Les congressistes sont sur le pont et multiplient les collectes durant les deux mois à venir dans l’espoir de sensibiliser de nouveaux donneurs.
"Les jeunes aujourd’hui, explique Paula Martins de l'amicale des donneurs de Beaucroissant, on leur dit c’est gratuit, allez-y ! On ne vous demande pas de l’argent. On vous demande votre sang."

Moment crucial à 2 mois des JO

Le compte à rebours est lancé, avant les JO, toutes les initiatives sont bonnes à prendre. Le mot d'ordre est simple : Mobiliser.

Stéphane Noël de l'établissement Français du Sang d'Ile de France détaille, "Nous devons ce week-end un petit peu difficile (de l'ascension) et le reste du mois de mai pour lequel nous avons beaucoup de jours fériés cette année. C’est pour ça qu’il est important que les donneurs se mobilisent tous les jours de l’année et notamment pendant cette période. Nous allons continuer à faire monter crescendo notre niveau de stock, d’environ 10 000 produits par rapport à aujourd’hui pour atteindre un niveau de stock suffisant à l’approche du 15 juillet."

Chaque goutte de sang compte

Le plasma est considéré comme une ressource précieuse par toute la chaîne de la FFDSB.

Jean-François Collet est donneur en Picardie, il sait le trésor vital que constitue le sang. " C’est important car les médicaments sont fabriqués à partir de ce plasma. Dans une poche de sang, il y a 50 % de plasma, 3 % de plaquettes et le reste de globules rouges."

En France, les groupes sanguins A et O sont les plus représentés. Cependant cela n'est pas le cas dans d’autres régions de la planète. Il est donc primordial que tous les groupes sanguins soient collectés, ils seront nécessaires au moment où Paris deviendra la capitale sportive du globe.