"Faut pas prendre les Tritons pour des cons", le projet d'un parc d'attractions dédié aux dinosaures ne fait pas l'unanimité à Trévoux

Riverains et associations environnementales sont contre le projet de parc Dinopedia. Un site dédié aux diplodocus, tyrannosaures et autres dinosaures en animatronique, qui ne semblent pas faire le plaisir des petits et des grands à Trévoux.

Voilà bien des millénaires qu'aucun dinosaure n'a marché sur les terres de Trévoux et leur retour ne fait pas l'unanimité. Un espace de cinq hectares, pourrait devenir un parc dédié aux dinosaures dans cette ville médiévale.

Biodiversité en danger ?

Une installation à laquelle s'opposent des riveraines et plusieurs associations environnementales : le Groupe national de surveillance des arbres de l'Ain, le Collectif "Non aux Dinos" et l'association "Faut pas prendre les Tritons pour des cons". 

Des tritons Alpestre (une espèce protégée) érigés en symbole avec d'autres animaux de la zone humide qui serait menacée par la construction du parc. Ce samedi 23 mars, les opposants se sont retrouvés pour une manifestation à côté du chantier de ce futur parc d'attractions.

En tête du cortège, une banderole portée par les manifestants annonce "Nous sommes le vivant qui se défend". Espèces menacées, arbres abattus, destruction de zone humide, les manifestants dénoncent un saccage écologique.

C'est une zone humide où il y a les biches, les écureuils, les grenouilles qui viennent s'accoupler. On n'est pas d'accord pour qu'ils la suppriment."

Une habitante

Le parc qui doit ouvrir à l'été 2024, devrait accueillir entre 100 et 150 000 visiteurs chaque année. "On habite en hauteur, on avait la vue sur la Saône et les arbres, s'exaspère une riveraine venue à la manifestation. On va avoir directement la vue sur les dinosaures, ça nous enchante pas du tout. En plus, il y aura la nuisance des voitures avec des personnes qui vont juste venir pour l'attraction." 

"On est très loin du Disneyland"

Selon les manifestants, rien n’aurait été dans les règles. " Permis d'aménager, études d’impact environnemental, autorisations d'urbanisme, rien n'a été fait et les travaux ont déjà commencé. Il y a une impunité totale", affirme Nathanaël Duffit-Ménard, membre et avocat du collectif "Non aux Dinos". 

Jusqu'à présent, un centre aquatique se trouvait sur le site, où doivent être installés les dinosaures. Un gouffre financier selon Marc Péchoux, le maire (LR), qui compte sur l'attrait touristique du nouveau parc pour la ville.

Il n'y a aucuns travaux, que des aménagements ludiques, comme des cabanes, des parcours pour aller visiter les dinosaures. Il y a deux bâtiments déjà présents qui vont être aménagés. On est très loin du Disneyland.

Marc Péchoux, Maire (LR) de Trévoux

L'élu l'assure, les découpes d'arbres qui ont débuté se font dans les règles. "Dans le bois, il y a des arbres morts et des arbres déjà tombés au sol. Le porteur de projet a demandé l'autorisation à la Direction départementale des territoires de les débiter, ce que j'ai confirmé par une déclaration préalable. Tout ce qu'il fait est autorisé". La zone humide devrait être aménagée dans un second temps, affirme Marc Péchoux, "avec les autorisations environnementales qui vont avec".

Un parc qui ne laisse pas indifférent à Trévoux. La mairie avait même publié une vidéo Youtube en novembre 2023 sur le sujet. On y voit le maire, mais aussi le porteur du projet, Philippe Lopez, PDG "Le Monde de Dinopedia", défendre le parc.

Si le parc ouvre bien ses portes à Trévoux, il sera le troisième parc Dinopedia, l'un se trouve à Grand-Combe près d'Alès, le deuxième dans une grotte de Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales). 

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité