Menace sur les étangs de l'Ain : une plante invasive fait l'objet d'une campagne d'arrachage

La myriophylle du Brésil, une plante invasive... campagne d'arrachage dans l'Ain / © A.Henry
La myriophylle du Brésil, une plante invasive... campagne d'arrachage dans l'Ain / © A.Henry

Son nom : myriophylle du Brésil. Une plante décorative d'aquarium, très invasive en milieu naturel. Un plan d'eau de Viriat, dans le département de l'Ain, a été totalement colonisé en l'espace d'une année. Une campagne d'arrachage à la main a du être lancée.

Par Aude Henry

Sur le plan d'eau de Viriat, cela a commencé en 2017 par un petit foyer de 10 mètres carrés. Sans savoir de quelle plante il s'agissait, le propriétaire se réjouit plutôt de l'apparition de cet herbier. Sauf qu'un an plus tard, tout l'étang de 7000 mètres carrés a été colonisé par le myriophylle du Brésil : "on ne voyait même plus l'eau", explique Dimitri Mercier, chargé de mission du Syndicat du Bassin Versant de la Reyssouze.

Le Myriophylle du Brésil adore la lumière et les eaux stagnantes. Résultat : il suffit que le niveau du plan d'eau reste bas pour que la plante prolifère. Difficile dans ces conditions pour le syndicat gestionnaire des rivières et affluents de la Saône de mener, seul, la lutte. En 2017, une campagne d'arrachage mécanique avait été menée, cette année l'opération est menée à la main.

Grâce à un partenariat avec l'association Concordia et la Maison de l'Europe, des jeunes ont entamé la campagne sur deux semaines en juillet. Le chantier est devenu plus international en août : une dizaine de jeunes, certains venus de Corée du Sud ou encore du Mexique sont à pied d'oeuvre à Viriat jusqu'au 17 août.

Laisser proliférer cette plante dont l'importation et la commercialisation sont interdites, est inconcevable pour Dimitri Mercier.
Il y a un trop gros risque de dissémination dans les rivières et cours d'eau avoisinants. Et puis, il y a des enjeux économiques et ludiques : à Viriat, la pêche a été abandonnée alors que le centre thérapeutique de l'Ain en proposait l'activité sur le plan d'eau. Imaginez si la plante envahit la Dombes, la première région piscicole de France pour les poissons d’eau douce...

Un deuxième foyer de Myriophylle du Brésil a été détecté à Attignat. Et le Syndicat du Bassin Versant de la Reyssouze entend multiplier les partenariats pour amplifier la lutte contre la prolifération.

La myriophylle du Brésil, une plante invasive... 
La myriophylle du Brésil, une plante invasive / © A.Henry
La myriophylle du Brésil, une plante invasive / © A.Henry
La campagne d'arrachage dans l'Ain
La myriophylle du Brésil, une plante invasive... campagne d'arrachage dans l'Ain / © A.Henry
La myriophylle du Brésil, une plante invasive... campagne d'arrachage dans l'Ain / © A.Henry
La myriophylle du Brésil, une plante invasive... campagne d'arrachage dans l'Ain / © A.Henry
La myriophylle du Brésil, une plante invasive... campagne d'arrachage dans l'Ain / © A.Henry
 
Campagne d'arrachage de la myriophylle du Brésil dans l'Ain
... une campagne d'arrachage en cours dans l'Ain. Intervenants : Marine, Participante espagnole au chantier / Dimitri Mercier, Chargé de mission Rivière au sein du SBVR / Jean-Louis Favier, Pdt du Syndicat du Bassin Versant de la Reyssouze - France 3 RA - A.Henry, JC.Adde, V.Bonnier

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus