"On peut dire que c'est un mini-village" : l'Abbaye Notre Dame des Dombes, source de nourriture terrestre et spirituelle

Une ferme, un rucher, un verger, une confiserie, le tout rythmé par des offices religieux... l'Abbaye Notre Dame des Dombes, dans l'Ain, c'est un peu comme un village. La Communauté du Chemin Neuf contribue à faire vivre le domaine depuis le début des années 2000, aidée par de nombreux salariés, services civiques ou encore les visiteurs de passage.

Six heures du matin, les mains dans le caillé, pâte obtenue après avoir fait coaguler et égoutter du lait, frère Pascal prépare un Régal. Ce fromage est l’une des spécialités produites et vendues à l’Abbaye Notre Dame des Dombes, dans l’Ain. 

Comme chaque matin depuis près de 15 ans, le responsable de la transformation alimentaire sur le domaine religieux œuvre aux fourneaux pour la préparation de fromages. Avec lui, deux salariés viennent lui prêter main-forte.

"C'était un appel du Christ à le suivre à travers cette vie communautaire"

À une différence près, eux n’habitent pas sur place. Depuis son retour de Madagascar, frère Pascal dort, mange, prie et travaille à l’Abbaye Notre Dame des Dombes. Il fait partie des engagés dans la communauté du Chemin neuf, une communauté catholique à vocation œcuménique créée à Lyon en 1973. Ce sont 2500 personnes réparties aux quatre coins de la planète, dont une quarantaine dans l'Ain.

"Ça nous est tombé dessus comme ça. C'était un appel du Christ à le suivre à travers cette vie communautaire. C'est notre engagement de foi", explique frère Pascal, issu d’une famille de Bretons chrétiens pratiquants.

"On avait fait une retraite en couple avec la communauté lorsqu’on vivait à Madagascar. Et moi, à la fin de la retraite, c'était clair qu'on s'engageait dans la communauté du chemin neuf", ajoute l’Aindinois, qui a fait le choix de laisser son atelier de Broderie et de textile à Madagascar à sa belle-sœur pour rejoindre l’Abbaye Notre Dame des Dombes avec sa femme et ses quatre enfants.

Célibataires, couples, non-croyants, musulmans ... tous sont accueillis 

Femme et enfants ? Oui, c’est possible à l’Abbaye Notre Dame des Dombes. Si la communauté se regroupe autour de valeurs religieuses notamment, si trois fois par jour tous peuvent assister à l’office mené par le Père Noël, curé de l’Abbaye, Pascal et ses frères de la communauté ne sont pas des moines.

"Les moines sont partis en 2000, lorsqu'ils ont donné l’Abbaye à la communauté du Chemin Neuf", explique le fromager. C’est à eux que l’on doit notamment la construction des 1000 étangs de la région et les cultures qui s’y trouvent. "C’est la particularité de notre communauté, il y a des hommes et des femmes célibataires et puis il y a des couples, parfois avec enfants", ajoute-t-il.

Et surtout, il n’y a pas uniquement des membres de la communauté. L’Abbaye Notre Dame des Dombes accueille aussi bien des services civiques que des "work away", ces travailleurs de quelques jours voire de quelques mois. D’autres personnes cherchent tout simplement à faire une coupure dans leur vie et franchissent les portes de l’Abbaye. "On reçoit des non-croyants et des musulmans", souligne frère Pascal. Ils sont 70 sur le site. Tous sont les bienvenus, qu’ils veuillent ou non participer aux offices.

"Il faut faire le ménage, faire la cuisine, tenir le magasin"

Justement, il est 7h30, c’est l’heure du premier office de la journée. "La vie à l'abbaye, elle est orchestrée au rythme des offices. Le matin, il y en a un à 7h30. Ensuite, il y a l'eucharistie à midi. Il y a l'office du soir à 18h30, suivi d'un temps d'adoration", explique frère Pascal. Avec son travail à la fromagerie, il a du mal à se rendre au premier office de la journée.

Il n’est pas le seul. Nombreuses sont les occupations sur le domaine. Certains travaillent dans le verger composé de 1000 pieds de pommiers, mais aussi depuis peu de poiriers, pêchers, pruniers. "Avec les pommes, on fait du jus qui est pressé chez un professionnel extérieur. Et sur place, je fais une compote à partir de laquelle je produis des pâtes de fruits et de la gelée de pommes", explique le fromager, également confiseur à ses heures perdues.

A lire aussi. La Dombes, longtemps sableuse et marécageuse, est aujourd'hui une terre fertile et gourmande 

"On a aussi des cognassiers avec lesquels je prépare de la gelée et de la confiture de coings qui est utilisée pour la production de la musculine [ndlr : un complément alimentaire qui était donné aux soldats pendant la Première Guerre mondiale]", ajoute frère Pascal qui termine sa journée de travail aux alentours de 17 heures.

L’Abbaye Notre Dame des Dombes possède également une grande exploitation agricole composée de vaches laitières et d’un troupeau de bêtes à viande. Dans le verger, des ruches sont installées, et la récolte du miel est effectuée par des apiculteurs indépendants.

A la fin, les produits fabriqués sur le site se retrouvent sur les étals du magasin de l’Abbaye mais aussi dans la vitrine de relais et de producteurs locaux. " 12% de notre production est vendue sur place", explique frère Pascal pour parler de sa production fromagère.

Il ne faut pas non plus oublier les personnes en charge de la partie hôtellerie de l’Abbaye permettant d’accueillir les visiteurs occasionnels. "C’est un mini-village en quelque sorte ?". "Oui, on peut dire ça", renchérit frère Pascal. "Il faut faire le ménage, faire la cuisine, tenir le magasin. Il y a le linge, l’hôtellerie, il faut accueillir les groupes… ", explique le fromager qui ne s’ennuie jamais.

Une vie privée propre à chacun 

Il est 18 heures 30, le dernier office de la journée. Pascale s’y rend. Il s’agit d’un moment privilégié entre tous les résidents. Le dernier de la journée avant que Pascal ne se retrouve seul avec sa femme pour le repas du soir. "On a décidé de ne pas manger avec la communauté le soir", souligne le fromager qui profite également de ces repas en famille le week-end dans le logement fourni gratuitement par la communauté sur le domaine.

Ça ne l’empêche pas de retrouver ses frères et sœurs pour les repas du midi, parfois même en petit groupe. "Avec ma fraternité, on est entre 8 à 10, on mange ensemble le lundi midi", explique frère Pascal. "C’est l’occasion de mieux se connaître et d’échanger plus facilement", ajoute-t-il.

Et une fois par semaine, l’Abbaye Notre Dame des Dombes, ses bénévoles, ses salariés, ses frères et sœurs, ses services civiques se retrouvent autour d’un déjeuner convivial et partagent un moment avant de repartir chacun à sa tâche.

Pour découvrir les produits confectionnés à l’Abbaye Notre Dame des Dombes, rendez-vous le samedi 27 avril à partir de 11 h 15 dans "Nos Balades Gourmandes" sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes et dès à présent sur france.tv

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité