La plasturgie innove sans relache

Réunis à Val Expo à Oyonnax, les professionnels de la plasturgie rencontrent leurs fournisseurs, à l'occasion du salon Plastronic Connection. Parmi les nouveautés, des mains bioniques et des casques de chantier "intelligents" qui révolutionnent le secteur médical  et celui du BTP.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

A main gauche, les mains bioniques. A main droite, des casques de chantier bardés de capteurs qui apportent une somme de services nouveaux aux ouvriers et peuvent même les sauver en cas de pépin. C'est le projet de la société Vaperail (Montréal-la-Cluse, dans l'Ain) mis au point avec une entité du groupe Bosch, Bosch EMS. De quoi s'agit-il ? Un casque qui permet à son utilisateur de communiquer avec ses collègues. Equipé d'un système bluetooth, il permet d'échanger. Mais il va beaucoup plus loin : il dispose d'une fonction "homme mort" qui permet d'alerter les équipes sur un chantier d'un problème rencontré par l'un des leurs. Ainsi, si le casque, dans certaines situations, reste immobile un certain nombre de minutes, il émet automatiquement un sms envoyé à ses collègues. De quoi intervenir rapidement en cas de malaise ou d'incident non détecté.
Dans un deuxième temps, Vaperail entend développer, grâce aux capteurs situés sur le casque, un système qui détecte des émanations de gaz ou de produits chimiques. Exemple : si les seuils en CO ou en CO2 sont trop élevés et s'avèrent présenter un danger, le casque en informe immédiatement son porteur. 

Des prothèses en silicone, réplique d'une véritable main


De son côté, Handi-Bionic, une start-up parisienne, est venue trouver sur le salon Plastronic Connection des sous-traitants capables de produire ses mains artificielles, véritables répliques de la main de la personne handicapée. "Les mains peuvent être de toutes sortes, explique Guillaume Bonifas, son fondateur. Elles peuvent être motorisées, peuvent comporter un pouce préenseur qui augmente l'autonmie du patient." Les prothèses, réalisées en silicone, sont "ultra-réalistes" selon son concepteur. Elles sont faites sur mesure à partir de la main valide du patient, produite à partir d'un moulage inversé. Tout est mis en oeuvre pour que la prothèse s'apparente à une main véritable, formes et colorisation comprises. 
Mieux : l'entreprise veut se lancer sur des prothèses personnalisées mais cette fois-ci en intégrant un élément extérieur. Exemple : une main bijoux ou une main objet qui tout en étant plus une main à proprement parler, serait valorisante aux yeux du patient ou de son entourage.