Cet article date de plus de 5 ans

Allier : "Pecheur.com", une PME née à Gannat qui fraye en Europe

Né en Auvergne, Pecheur.com est devenu le leader européen de la vente en ligne d'articles de pêche et de chasse. Ce fleuron français de l'e-commerce mise désormais sur l'économie collaborative et les services pour ferrer encore plus loin.
Cannes à pêche, plombs et autres hameçons: quelques 240.000 colis partent chaque année de la plate-forme logistique flambant neuve de l'entreprise, installée à Gannat (Allier) à quelques mètres seulement de l'autoroute A71.

"Avec 200.000 références issues de 800 marques sur notre catalogue, Pecheur.com offre la gamme la plus complète d'articles de pêche en ligne en Europe et peut-être au monde", assure le PDG de l'entreprise, Faustin Falcon.

Une entreprise lancée après le succès d'un forum de discussion 


Le jeune homme de 33 ans, à l'allure encore juvénile, a repris les rênes de l'entreprise après le départ, fin avril, du cofondateur du site, Olivier Bernasson. Passionné de pêche, cet entrepreneur avait créé en 2002 avec son beau-frère Pierre Ourliac un forum de discussions proposant un annuaire des associations de pêche et des petites annonces.

Devant le succès rencontré par le site et pour rentabiliser le temps pris sur leurs loisirs pour l'alimenter, ils commencent à vendre deux ans plus tard des articles de pêche.

Les investisseurs rapidement intéressés 


En 2006, les deux hommes lèvent un million d'euros pour accélérer la diversification de la société, qui devient une "micro-multinationale" vantée dans la presse en 2010 comme un modèle du genre par l'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, en personne.

Autre tournant majeur dans l'histoire de Pecheur.com, la même année: l'entrée au capital - sans nouvelle injection financière -  d'Oxylane (groupe Decathlon appartenant à la famille Mulliez) qui lui a permis depuis de frayer dans les eaux internationales.

L'arrivée de ce nouvel actionnaire majoritaire "a été un véritable accélérateur. On a gagné de l'ambition et du savoir-faire", considère le président de cette PME qui emploie une cinquantaine de salariés.

L'objectif ? "fabriquer des pêcheurs"


En 2015, elle a affiché un chiffre d'affaires de 16 millions d'euros, dont 25% à l'export. Elle livre désormais dans 55 pays via son site, traduit en sept langues. 

"Il n'y en a pas d'autre en Europe qui ait un volume de ventes équivalent à Pecheur.com, même à l'intérieur de ses frontières", affirme son PDG. Ses finances "à l'équilibre", l'entreprise amorce désormais une nouvelle phase de développement axée notamment sur l'"économie collaborative" et l'"optimisation des services".

Elle prévoit en effet de créer un nouveau site de vente de matériel d'occasion et de mettre en relation ses clients fidélisés avec des guides de pêche
confirmés. 

"L'idée n'est pas seulement de vendre uniquement des articles de pêche mais de 'fabriquer' des pêcheurs. Pour cela, il faut les accompagner dans de bonnes pratiques", poursuit Faustin Falcon, dont l'entrée dans l'entreprise remonte à 2007, à la sortie de ses études.

Après la pêche, la chasse ? 


Par ailleurs, Pecheur.com envisage de renforcer sa notoriété dans le secteur de la chasse, en créant un nouveau site qui lui serait spécialement dédié et qui proposerait notamment la vente d'armes et de munitions.

Déjà bien implantée dans les pays limitrophes de la France, la PME cible la Scandinavie et l'Europe de l'Est pour ferrer de nouveaux clients étrangers. 

Des projets d'expansion suspendus toutefois à l'arrivée d'un nouvel investisseur. Decathlon a choisi de recentrer sa stratégie sur ses marques propres et devrait céder ses parts dans les prochains mois.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie entreprises économie numérique