Allier : quand les Bénédictines de Chantelle se mettent au drive

Dans l’Allier, les sœurs de l’abbaye de Saint-Vincent de Chantelle fabriquent depuis 1954 les produits cosmétiques éponymes « les Bénédictines de Chantelle ». Nouveauté cette année : les salariées et les sœurs de l’abbaye ont décidé de moderniser leur production, par le bais d’un drive.

A l'Abbaye de Chantelle (Allier), la Mère Pascale a eu l'idée de mettre en place un drive pour les produits cosmétiques fabriqués par les soeurs.
A l'Abbaye de Chantelle (Allier), la Mère Pascale a eu l'idée de mettre en place un drive pour les produits cosmétiques fabriqués par les soeurs. © Prod03

Pour respecter les mesures barrière liées au coronavirus COVID 19, les bénédictines de Chantelle, dans l’Allier, modernisent leurs méthodes de vente. Les sœurs de l’abbaye proposent, depuis une semaine, un drive pour la vente de leurs produits cosmétiques : « L’idée est venue de la Mère Abesse, Mère Pascale. Elle souhaitait rassurer les clients pour les inciter à revenir, et c’est aussi une solution qui nous permettait de maintenir du lien. Quand les clients viennent récupérer leurs produits, ils restent dans leur voiture pendant quelques minutes et on peut discuter avec eux. D’ailleurs, on a appelé plusieurs d’entre eux pendant le confinement, car nous avons beaucoup d’habitués assez âgés », explique Mathieu Franceschini, responsable commercial des Bénédictines de Chantelle.

Un drive touristique

L’entreprise cosmétique compte 10 salariés et 10 sœurs. Ils produisent crèmes, savons et eaux de Cologne depuis 1954 et certains de leurs clients leur sont fidèles depuis leurs débuts. Ce drive a permis à l’abbaye de maintenir le contact avec cette clientèle habituelle mais aussi de trouver de nouveaux clients : « Cette formule drive permet aux clients de se balader et de découvrir le monument, mais aussi les paysages alentours. Nous avons beaucoup de nouveaux clients qui commandent et en profitent pour faire une sortie », raconte Mathieu Franceschini. Cette nouvelle formule démarre bien, l’abbaye enregistre entre 10 et 20 clients par jour pour le drive. « C’est plus que ce à quoi on s’attendait. En plus, notre magasin physique est fermé car il est situé dans un monument historique et il ne fait que 70 mètres carré, c’est difficile de respecter la distanciation sociale. Ce drive nous soulage beaucoup financièrement », se réjouit Mathieu Franceschini.

Une volonté de modernisation

Pour commander sur le drive, il suffit aux clients de se rendre sur le site internet des Bénédictes de Chantelle, de sélectionner les articles puis de choisir l’option drive. Ensuite, les clients n’ont plus qu’à sélectionner une date et une heure et à se rendre à l’abbaye. « Nous pensons que le contraste entre le côté traditionnel de l’abbaye et le côté moderne du drive plaît aux clients. D’ailleurs, nous envisageons aussi de mettre en place un système de point-relai avec la Poste, pour nos clients qui travaillent », ajoute Mathieu Franceschini. Les clients auront donc le choix pour se procurer savons, gels douches, eaux de Cologne fabriquées à partir d’absolus, mais surtout la crème de jour qui a fait la réputation des bénédictines et qui représente à elle seule 10% du chiffre d’affaires.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société économie religion consommation insolite