L’Allier sera doté d’un hélicoptère de secours cet été

Du 1er juillet au 31 août, un hélicoptère HéliSMUR sera mis à disposition dans l’Allier pour l’aide médicale urgente. Il sera basé à Montluçon. Une décision annoncée lundi 26 avril par l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes.

Durant l'été, un hélicoptère de secours sera basé à Montluçon dans l'Allier. Photo d'illustration.
Durant l'été, un hélicoptère de secours sera basé à Montluçon dans l'Allier. Photo d'illustration. © Aurélie Albert / FTV

Lundi 26 avril, l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé via un communiqué qu’elle mettait à disposition cet été un hélicoptère HéliSMUR pour le département de l’Allier. Il sera basé à Montluçon et servira pour l’aide médicale urgente du 1er juillet au 31 août. Cet hélicoptère vient en complément de l’appareil de la sécurité civile basé à Aulnat dans le Puy-de-Dôme, et de l’HéliSMUR basé au CHU de Clermont-Ferrand. Dans le communiqué, l’ARS précise : « Les difficultés de recrutement médical au sein de la filière urgence des établissements hospitalier de l’Allier et à un degré moindre, des établissements du Puy-de-Dôme, justifient cette décision qui doit permettre d’optimiser la ressource médicale et d’améliorer la prise en charge des patients en cette période habituellement tendue sur le plan des ressources humaines ».

C’est évidemment une très bonne nouvelle

Cette décision réjouit Claude Riboulet. Le président (UDI) du Conseil départemental de l’Allier indique : « C’est évidemment une très bonne nouvelle. On connaît la tension qui est malheureusement récurrente sur les services des urgences des 3 centres hospitaliers de Moulins, Montluçon et Vichy. On se rappelle tous l’an dernier qu’il avait fallu se battre à la fois pour garder Dragon 63 et avec la Région, on avait loué un hélicoptère pour compenser l’annonce de la suppression de Dragon 63. Le Conseil départemental avait contribué financièrement à la location de cet hélicoptère. On a bien fait de le faire. Cela a montré qu’un équipement de ce type était indispensable dans un territoire comme le nôtre. La mobilisation a porté ses fruits ».

Un besoin réel pour le territoire

Il souligne que la mise à disposition de cet appareil correspond à un besoin réel dans l’Allier : « Sur la période estivale, il est plus facile d’attirer des urgentistes saisonniers quand on a ce genre d’hélicoptère. Il y a aussi un phénomène touristique clair dans l’Allier. Sur la RCEA, avec les travaux liés à la mise en concession, il y a moins d’accidents car tout est en chantier et limité à 70 km/h. Il reste tous les accidents domestiques, les accidents de la circulation routière. L’été dernier, pour les sorties du SDIS 03, l’hélicoptère est intervenu un peu plus d’1 fois sur 2. Si l’ARS n’avait pas attribué cet appareil, il est fort probable qu’avec la Région on ait refait la même chose que l’an dernier ».
Laurent Wauquiez, président (LR) du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, indique sur Twitter : « La mobilisation de la Région et du département de l’Allier en 2020 a porté ses fruits pour que les Auvergnats bénéficient d’un service à la hauteur, dont on avait voulu les priver. Nous sommes enfin entendus. Oui, notre combat était bien essentiel ».

Le souvenir de l'été 2020

En effet, lors de l’été 2020, 3 hélicoptères avaient finalement été attribués pour le territoire auvergnat, après bien des revirements de situation : le Dragon 63, l’HéliSMUR et un autre hélicoptère de secours loué par la Région. Laurent Wauquiez, avait pris cette décision alors que le Dragon 63 devait partir à Mende, dans le département de la Lozère. Finalement le Dragon 63 était resté en Auvergne, et l’hélicoptère loué également. Il avait alors été basé tout l’été à Montluçon. Pour l’été 2021, l’hélicoptère fonctionnera avec les équipes d’urgentistes des centres hospitaliers de l’Allier et une co-régulation sera réalisée par les SAMU de l’Allier et du Puy-de-Dôme pour coordonner le déclenchement des 3 hélicoptères. Ce dispositif est soutenu financièrement par l’ARS à hauteur d’environ 300 000 euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société