PMA pour toutes : le projet de loi bientôt examiné à l'Assemblée

Le Premier Ministre Edouard Philippe à l'Assemblée Nationale le 12 juin 2019 / © Alain Jocard/AFP
Le Premier Ministre Edouard Philippe à l'Assemblée Nationale le 12 juin 2019 / © Alain Jocard/AFP

Le projet de loi bioéthique, comprenant la PMA pour toutes les femmes, sera examiné fin septembre au Parlement, a déclaré Edouard Philippe mercredi 12 juin. Une déclaration trés attendue par des élus de La République En Marche, dont la députée de l'Allier Laurence Vanceunebrock-Mialon.

Par Brigitte Cante

Le projet de loi bioéthique, comprenant la PMA pour toutes les femmes, sera examiné fin septembre au Parlement, a déclaré Edouard Philippe mercredi 12 juin dans son discours de politique générale. En permettant le débat parlementaire à la rentrée, le gouvernement répond à une demande de nombreux députés.

Au sein du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, Laurence Vanceunebrock-Mialon a défendu ce projet de loi promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle, mais qui fut cependant repoussé à plusieurs reprises depuis le début du quinquennat.

Dans un tweet, la députée de la 2ème circonscription de Montluçon (Allier) se dit "heureuse d'entendre une telle nouvelle" et invite "à se préparer aux futurs vrais débats" en septembre 2019.
 
Laurence Vanceunebrock-Mialon a eu deux filles grâce à la PMA, la procréation médicalement assistée. Un acte actuellement réservé en France aux couples hétérosexuels et motivé par des raisons médicales.

Membre de la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique, la députée LREM de l’Allier a plaidé pour ouvrir la PMA aux couples de femmes lesbiennes et aux femmes seules, au nom de l'égalité des droits. La PMA existe déjà pour les femmes en couple hétérosexuel : " Il n'y a aucune raison pour que cette discrimination entre femmes demeure. "

Les députés de La République En Marche ne sont pas tous partisans de ce projet de loi mais le gouvernement a fini par trancher : " Je suis persuadé que nous pouvons atteindre une forme de débat serein, profond, sérieux, à la hauteur des exigences de notre pays. C'est mon ambition en tout cas" a lancé le Premier ministre, applaudi par une partie de l'hémicycle. "Je l'espère et j'ai envie d'y croire" a répondu sur Twitter la députée de l'Allier.
 

Sur le même sujet

L'interview de Laurent Soullier, commandant la CRS Alpes

Les + Lus