Cet article date de plus de 3 ans

A Jaligny, dans l’Allier, les dindes ne passeront pas Noël

Depuis plus de 50 ans, la Foire aux dindes de Jaligny-sur-Besbre, dans l’Allier, rassemble les amateurs d’authenticité. Chaque 3ème mercredi de décembre, on vient choisir le gallinacé qui trônera, à son corps défendant, sur la table du réveillon.
Même si le chapon a bousculé la tradition, la dinde de Noël reste une valeur sûre. A Jaligny-sur-Besbre, on en sait quelque chose. Depuis plus d’un demi-siècle, ce petit village de l’Allier organise une foire aux dindes dont la notoriété dépasse largement le Bourbonnais. Réputée pour la qualité de sa chair, ce gallinacé a même eu droit à sa marque déposée en 2004 : « La Savoureuse de Jaligny ».
Mercredi 13 décembre, pour la 68ème édition et après une année marquée par l’interdiction d’exposer des dindes vivantes en raison de la grippe aviaire, les volailles ont à nouveau donné de la voix.



Créée en 1950, cette foire permettait, comme aujourd’hui, d’exposer les plus beaux spécimens. A l’époque, une partie de la production était exportée en Angleterre. C’est pour cette raison qu’une dinde fut offerte à Winston Churchill. Depuis, chaque année, une dinde de Jaligny est offerte à une personnalité du monde politique, culturel, sportif, des médias ou encore religieux. De la Reine Elisabeth d’Angleterre en passant par le Pape Paul VI,  sans oublier Gilbert Montagné ou encore Marie-Paule Belle, chacun a eu droit à sa dinde élevée en plein air. Pour l’édition 2017, c’est la gymnaste  Marie Deloge et le vice-champion olympique  universitaire de football François Chevalier qui ont eu l’immense joie d’être les prestigieux invités d’honneur de la foire aux dindes de Jaligny.

durée de la vidéo: 01 min 51
A Jaligny, dans l’Allier, les dindes ne passeront pas Noël

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël sorties et loisirs foires gastronomie agriculture économie