Allier : Frédéric Marcus, résistant de la seconde guerre mondiale décoré 75 ans après sa mort

Le 26 juillet, la commune de St-Rémy-En-Rollat (Allier) accueillait une cérémonie un peu particulière. Frédéric Marcus, juif hongrois mort en juillet 1944, a été décoré pour son engagement aux côtés de la résistance lors de la seconde guerre mondiale. Soit près de 75 ans après son décès. / © Mairie de St-Remy-En-Rollat
Le 26 juillet, la commune de St-Rémy-En-Rollat (Allier) accueillait une cérémonie un peu particulière. Frédéric Marcus, juif hongrois mort en juillet 1944, a été décoré pour son engagement aux côtés de la résistance lors de la seconde guerre mondiale. Soit près de 75 ans après son décès. / © Mairie de St-Remy-En-Rollat

Frédéric Marcus, a été décoré à titre posthume le vendredi 26 juillet à Saint-Rémy-En-Rollat, pour son engagement dans la résistance lors de la seconde guerre mondiale. Une cérémonie qui a lieu 75 ans après son éxécution par la police Allemande, près de Vichy en 1944. 

Par Mohamed Benmaazouz


Frédéric Marcus, est un résistant juif hongrois de la seconde guerre mondiale. Il a été exécuté le 26 juillet 1944, par un détachement de la police allemande à Saint-Rémy-En-Rollat (Allier), avec trois autres résistants. Cependant, l'homme n'a reçu aucune distinction, pour son engagement jusqu'à aujourd'hui. N'ayant aucune famille en France, personne ne s'était interessé au sort de Frédéric. Ce n'est que 30 ans après sa mort, à la suite de longues démarches administratives réalisées par Thérèse Marcus, sa mère, que l'homme a pu obtenir la carte de combattant volontaire de la résistance française. Plus de 70 ans après, deux médailles ont pu lui être attribuées  grace à des démarches entreprises par la municipalité de Saint-Rémy-En-Rollat. La troisième est le fruit de recherches documentaires entreprises par le secrétariat de mairie aux archives départementales de l’Allier.

Trois décorations à titre posthume

Le 26 juillet, 2019, Frédéric Marcus, a ainsi reçu à titre posthume trois décorations, lors d'une cérémonie de remise officielle à Saint-Rémy-en-Rollat (Allier) : la médaille de la résistance française, la médaille de l’internement pour faits de Résistance, ainsi que la médaille commémorative. La légion d'honneur lui a cependant été refusée, car l'homme n'avait pas la nationalité française. Pendant la cérémonie d'hommage a eu lieu un piquet d’honneur de la 13ème demi brigade de la Légion Etrangère .Cette même brigade à laquelle Frédéric Marcus appartenait avant la guerre. L'évènement a été marqué entre autre par la présence du premier secrétaire de l'ambassade de Hongrie en France, György Galizca.

Mort un mois et un jour avant la libération de Vichy 

Engagé avant la guerre dans la légion étrangère, Frédéric Marcus, ainsi que Jean-Louis Clavel, Claude Weinbach, et Roger Kespy ont été éxécutés le 25 juillet 1944, en forêt de Marcenat, par la police allemande. Soit un mois et un jour avant la libération de Vichy, par les forces françaises de l'intérieur, menées par le Lieutenant-colonel Roger Dudenhoeffer. Frédéric Marcus était notamment chargé de récolter des renseignement au sujet des relations entre l'état français, et l'occupant Allemand. 

Sur le même sujet

Un exemple de start-up en Auvergne

Les + Lus