Les arbres de la discorde à Vichy dans l’Allier, on vous explique pourquoi

Abattre 180 arbres puis en replanter 311 d'ici deux ans, c'est le projet de réhabilitation du parc des Sources à Vichy dans l'Allier. Une opération dénoncée par des opposants qui manifestaient samedi 2 septembre contre ce projet.

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ». Une phrase prononcée le 2 septembre 2002 par Jacques Chirac à Johannesburg, devant l’assemblée plénière du IVe Sommet de la Terre. Les organisateurs de la manifestation, qui se tenait à Vichy, samedi 2 septembre, voulaient, 22 ans jour pour jour après le message de Johannesburg, s’inspirer de Jacques Chirac pour défendre la préservation des arbres, le climat et de la biodiversité.

Préserver le parc des Sources

« L’urgence climatique, elle est là parce qu’on est dans une logique de destruction, de ne pas considérer le vivant dans nos calculs de PIB, etc. On ne comptabilise pas les services rendus par la nature et on ne comptabilise pas non plus ce que l’on s’enlève à nous-mêmes lorsqu’on détruit la biodiversité, lorsqu’on abîme le climat, etc », évoque Anaïs Widez, conseillère régionale (Génération Ecologie). Georges Feterman est un défenseur des arbres et son association recense les arbres remarquables partout en France. Des individus qui comme nous vieillissent, connaissent la maladie, mais qu’il veut conserver le plus longtemps possible. « Quand on a un potentiel comme on a ici, qui a pas mal d’années devant lui, à mon avis des dizaines et des dizaines d’années de potentiel, la première des choses est de réfléchir à conserver un endroit comme celui-là, à le préserver et à penser à un plan d’aménagement ».

Il ne faut pas être égoïste et garder l’ombre pour aujourd’hui et ne pas avoir d’ombre pour demain

Frédéric Aguilera, maire de Vichy (LR)

Tout autour du chantier, la ville l’affiche, il y aura plus d’arbres replantés que ceux qui seront coupés. Pour un grand projet reliant les berges de l’Allier au parc des Sources. « La philosophie est vraiment de préparer le parc pour les générations futures, commence Frédéric Aguilera, maire de Vichy (LR). Il ne faut pas être égoïste et garder l’ombre pour aujourd’hui et ne pas avoir d’ombre pour demain. Les arbres vont rester, et même être densifiés, le problème essentiel, c’est l’allée centrale. Cette allée centrale de marronniers a été notée et expertisée. On nous dit qu’ils sont dangereux et qu’ils vont tomber. D’ailleurs, il y en a un qui est tombé le 11 juillet. On nous demande de les couper et on va replanter des platanes ».
Les abattages auront lieu à l’automne, les premières plantations quelques semaines plus tard. 

Propos recueillis par Cyrille Genet