Appel au financement participatif pour restaurer la fresque d’Ernest Pignon-Ernest à Grenoble

La fresque, créée en 1979 à la bourse du travail, est la plus ancienne de l’artiste, considéré comme l’un des pères fondateurs du Street Art, encore visible aujourd’hui. L’association Spacejunk Grenoble a lancé une campagne de crowfunding pour la sauver.

Une fresque de 5 mètres de haut sur 14 de large

En 1979, Ernest Pignon-Ernest a passé plusieurs mois à Grenoble. Il s’est inspiré d’affiches syndicales récoltées sur place et de ses échanges avec les habitants pour réaliser une fresque sur les dangers et bienfaits du travail à la Bourse du Travail.


Cette fresque est la plus ancienne de l’artiste encore visible aujourd’hui mais le mur qui la porte s’effrite inexorablement et la fresque s’efface peu à peu.


Opération sauvetage

Dans le cadre du Grenoble Street Art Fest, qui aura lieu du 8 au 26 juin 2016, le centre d’art Spacejunk Grenoble s’est donné pour mission de ramener à la vie cette œuvre historique.

Reportage Marie Michellier et Vincent Habran
Intervenants : Jérôme Catz, directeur Artistique du Centre d'Art Spacejunk; Ernest Pignon-Ernest (entretien réalisé par Spacejunk); Quentin Hugard, responsable du Centre d'Art Spacejunk

Pour la reconstituer à l’identique, il est nécessaire de reconstruire intégralement le mur. Un projet estimé à 50.000 euros. Pour réunir les fonds, l’association  Spacejunk Grenoble a lancé une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank du 1er avril au 21 mai 2016.

Cette restauration de l’œuvre se déroulera en 4 étapes:

Dans un premier temps, il a fallu retrouver les images d’archive de l’œuvre d’Ernest Pignon-Ernest, mais également partir à la recherche des affiches que l'artiste avait consultées à l'époque aux archives municipales et départementales de l'Isère.
S’en suit un travail de numérisation des négatifs et de reconstruction numérique de l’œuvre à l’échelle 1.
En parallèle de la réfection du mur, l’œuvre sera imprimée sur une toile à usage extérieur.
Enfin, la toile sera marouflée à même le mur restauré de la Bourse du Travail et protégée par un vernis anti-UV afin de garantir la longévité de l’œuvre.

Contreparties en échanges des dons

En échanges des dons, les mécènes, qu’ils soient amoureux de Grenoble ou de l’art contemporain, auront droit à des petites attentions particulières mais pas seulement.

Des sérigraphies exclusives de l’artiste, tirées de l’œuvre « Etude pour Grenoble 1976 » et signées par l’artiste seront proposées.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité