Après une saison peu enneigée, les stations de ski en France misent sur la neige artificielle

La domaine skiable des Ménuires le 16 février 2017 / © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
La domaine skiable des Ménuires le 16 février 2017 / © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Après une saison "assez difficile" faute d'un enneigement suffisant, qui a vu la destination ski française rétrograder en troisième position mondiale, les domaines skiables hexagonaux misent sur la neige artificielle.

Par France 3 Alpes (avec AFP)

Les stations de ski françaises chutent dans les classements de fréquentation, la faute aux dernières saisons, peu enneigées.

La France en 3e position mondiale

Avec 51,1 millions de journées-skieur cette saison, en baisse de 1,5% par rapport à l'an dernier, les stations de ski françaises pointent désormais derrière l'Autriche (52,1 millions, +4%) et les Etats-Unis (54,7 millions, +1,5%). La France avait déjà cédé la saison passée sa première place aux Etats-Unis.


Cette saison "fait suite à deux autres saisons plutôt difficiles", a relevé Pierre Lestas, président de Domaines skiables de France (DSF), qui regroupe plus de 230 exploitants de remontées mécaniques, lors d'un point de presse tenu jeudi en marge du congrès annuel de l'association à Beaune (Côte-d'Or).

51,1 millions de journées-skieur en France

"Nous gardons notre optimisme car cela tient au fait que nous avons eu pas ou peu de neige, surtout dans les petites et moyennes stations, à Noël et jour de l'An, et que cette situation a perduré jusqu'à mi-janvier", a-t-il ajouté.


Pour s'assurer un manteau blanc suffisant tous les ans, les domaines investissent dans les canons à neige. Aujourd'hui, 35% de la surface des domaines skiables est couverte en France, contre 60% en Autriche et 70% en Italie, "ce qui crée un écart de compétitivité", a pointé Laurent Reynaud, délégué général de DSF.

Un hiver sécurisé garantit l'emploi


Plus de 120.000 emplois dépendent chaque année de l'ouverture du domaine skiable, des écoles de ski aux hébergements en passant par l'activité commerciale. "Un hiver sécurisé garantit l'emploi. C'est un enjeu sociétal majeur", déclare Jean-Yves Rémy, président délégué de DSF.

Moins de 30 millions d'euros de subvention

En Auvergne-Rhône-Alpes, qui concentre plus de 70% des journées de ski en France, un peu moins de 30 millions d'euros de subventions ont été spécifiquement fléchés pour l'équipement en matériel d'enneigement artificiel sur la période 2016-1018, pour un investissement total de l'ordre de 100 millions d'euros.


Les stations cherchent aussi à assurer le renouvellement de leur clientèle, avec une opération de charme lancée cette année en direction des jeunes, et à diversifier l'activité sur les pistes ou après-ski. "Pour cela, il faut beaucoup de moyens" mais, "ne pas investir, c'est sacrifier l'avenir de nos stations", a insisté Pierre Lestas, qui propose aussi d'étendre la "taxe loi montagne" des opérateurs de remontées mécaniques à tous les acteurs économiques ou encore de taxer les "lits froids", c'est à dire les résidences secondaires non occupées.

Sur le même sujet

Sciences Po Lyon inaugure un campus délocalisé à Saint-Etienne

Près de chez vous

Les + Lus