Ardèche. Olivier Dussopt épinglé par Médiapart pour avoir reçu des oeuvres d'art en cadeau

En réponse à Médiapart, Olivier Dussopt va rendre les oeuvres de Garouste qu'il avait reçues en cadeau à l'issue de la signature d'un contrat avec La Saur concernant la gestion de l'eau sur la commune d'Annonay dont il était le maire.

Ardèche. Olivier Dussopt épinglé par Médiapart pour avoir reçu des oeuvres d'art en cadeau lorsqu'il était maire d'Annonay
Ardèche. Olivier Dussopt épinglé par Médiapart pour avoir reçu des oeuvres d'art en cadeau lorsqu'il était maire d'Annonay © Aurelien Morissard / MaxPPP
C'est Médiapart qui révèle l'affaire, ce mercredi. L'ardéchois Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat à la fonction publique, s’est vu offrir deux œuvres d’art de la part d’un dirigeant local de la Saur, avec qui il était sur le point de conclure un marché. La Saur, c'est l'ancien délégataire du service de l’eau à Annonay. A l'époque, Olivier Dussopt était député-maire de la commune. Les faits se sont déroulés en janvier 2017, avant que le socialiste ne rejoigne le gouvernement d'Emmanuel Macron.

Des œuvres, réalisées par le peintre français Gérard Garouste sont estimées à un peu plus de 2000 euros. Et le «cadeau» non déclaré, contrairement à ce que prévoit le code de déontologie de l'Assemblée Nationale.

Selon toujours Médiapart, quelques jours avant de recevoir les lithographies par l'intermédiaire de Franck Ménéroux, alors dirigeant local de l'entreprise, Olivier Dussopt aurait annoncé la conclusion d'un partenariat industriel entre la ville d'Annonay et la Saur, leader français de la gestion de l'eau après Véolia et Suez. Le contrat, négocié depuis 2016, a été formellement signé six mois plus tard, le 1er juin 2017.

Interrogé par Mediapart, l'ancien député ardéchois évoque d'abord le présent d’«un ami», puis finit par reconnaître un «cadeau de l’entreprise» et affirme qu’il va, «pour éviter toute polémique», le «restituer dans les plus brefs délais».

L'ex-député ajoute que l'attribution de contrats à la Saur s'est faite en fonction de «critères de choix fixés par le cahier des charges de l'appel d'offres» sans qu'il intervienne dans la procédure.

La Saur, via son service de communication, n'a pas souhaité faire de commentaire auprès de Médiapart, précisant avoir "diligenté une enquête interne".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique économie art