Ardèche : des restrictions d’eau plus drastiques à partir du 29 juillet

La préfète de l’Ardèche envisage de nouvelles mesures de restrictions d’eau, plus drastiques. L’utilisation de l’eau sera limitée aussi bien pour les particuliers que pour les agriculteurs. L’annonce des orages pour ce week-end ne changera pas grand-chose. / © MAXPPP
La préfète de l’Ardèche envisage de nouvelles mesures de restrictions d’eau, plus drastiques. L’utilisation de l’eau sera limitée aussi bien pour les particuliers que pour les agriculteurs. L’annonce des orages pour ce week-end ne changera pas grand-chose. / © MAXPPP

La préfète de l’Ardèche envisage de nouvelles mesures de restrictions d’eau, plus drastiques. L’utilisation de l’eau sera limitée aussi bien pour les particuliers que pour les agriculteurs. L’annonce des orages pour ce week-end ne changera pas grand-chose.

Par Fatima Bouyablane

Des mesures de restrictions d’eau encore plus drastiques en Ardèche, c’est ce que vient d’annoncer Françoise Souliman, la préfète du département. La situation étant critique, ces nouvelles mesures s’imposent, selon elle, même si elles sont contraignantes.
Le niveau hydrologique en Ardèche est très inquiétant et les orages prévus par Météo France pour ce samedi 27 juillet ne changeront rien si ce n’est un report des mesures.  Car il y a eu deux mois avec peu d’épisodes pluvieux. Une situation que le département a connue en 2015.
Ces mesures concernent aussi bien les particuliers que les agriculteurs.
Pour les particuliers, l’utilisation de l’eau se limite à l’alimentation et à la lutte contre les incendies. Pour les agriculteurs, l’eau est autorisée pour l’abreuvement des troupeaux et la culture sous serre et en conteneur

La gestion de l’eau, un enjeu stratégique

Avec la sécheresse, les restrictions d’eau vont augmenter et durer sur plusieurs semaines. En cause, le réchauffement climatique. Pour pallier cette problématique, des assises de l’eau seront organisées en septembre. Autour de la table, plusieurs acteurs et sur la table, plusieurs idées. Parmi les idées évoquées, le développement des cultures moins gourmandes en eau et le stockage de l’eau de pluie.
L’enjeu est majeur, d’autant que Météo France annonce que d’ici quelques années, un été sur deux sera caniculaire.
 

Sur le même sujet

Ardèche : à Montpezat-sous-Beauzon, l'eau est impropre à la consommation

Les + Lus