"Au-delà de sauver la planète, il s'agit de bien manger", une jeune entreprise transforme les légumes hors gabarit

durée de la vidéo : 00h02mn02s
Pauline Le Clercq et Yvan Grousson cuisinent des légumes hors gabarit avec leurs propres recettes. ©FTV

Pauline et Yvan travaillent avec une quinzaine de producteurs autour de chez eux. Le jeune couple transforme les produits recalés par la distribution classique ou le consommateur avec des recettes qu'ils mettent eux-mêmes au point. Un cercle vertueux avec une priorité, le goût.

Trop gros, trop petits, trop fins, trop longs, trop tordus, les légumes de Vincent, producteur près de Rochemort en Ardèche, trouvent toujours preneur. Yvan les accepte tous et les transforme.

"Gros ou petits, ça ne change pas le goût pour la transformation. Pour nous, ça n'a pas d'importance" explique le jeune chef d'entreprise.

C'est un système gagnant/ gagnant. "C'est vraiment une chance d'avoir un transformateur qui puisse me reprendre ses légumes parce que là par exemple, il me restait une bonne cinquantaine de kilos de poireaux sur la parcelle. Ça évite de les gâcher et ça donne un sens à la production" apprécie Vincent.

Des recettes simples

Pauline Le Clercq et Yvan Grousson ont installé leur laboratoire dans leur maison sur les hauteurs de la ville. Ils travaillent avec une quinzaine de producteurs. Objectif, donner une seconde vie au produit. "Là, les poireaux, on les valorise en une tartinade de poireaux / pois chiche" explique la jeune femme. Une recette simple avec de l'huile d'olive, du vinaigre, du citron, du thym et de la sarriette à déguster sur du pain de seigle.

Rien ne prédestinait ce jeune couple diplômé en droit et commerce à transformer les fruits et légumes abîmés. Mais leurs convictions écologiques ont pris le dessus. "On fait ça parce qu'il y a trop de gaspillage. On s'est rendu compte qu'il n'y avait pas de débouchés adaptés aux producteurs, en tout cas dans notre région" déplore Pauline. 

Même au-delà de sauver la planète, il faut déjà que les gens mangent correctement parce que la nourriture, c'est comme l'éducation, c'est la base.

Yvan Grousson

Co-fondateur de L'Antigaspillerie

Leurs produits terminent au marché ou sur les étagères des commerçants, comme à L'écho-café de Montélimar. "C'est tout à fait notre concept puisqu'on est une structure écoresponsable. On essaye de lutter contre tout ce qui est gaspillage" se réjouit Stéphanie Alaise, coresponsable de L'Echo Café.

C'est l'affaire de chacun. Un réflexe simple : ne pas se fier au physique, car au-delà des apparences, le goût est bien là.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité