POLÉMIQUE. Les trois projets de panneaux photovoltaïques au sol à Lablachère en Ardèche divisent

Faire cohabiter préservation de la biodiversité et panneaux photovoltaïques au sol est une gageure. À Lablachère, en Ardèche, trois projets vont voir le jour pour un total de 33 hectares, grande source de biodiversité pour certains. Les avis divergent.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans de nombreuses communes de l'Ardèche, des entreprises contactent des propriétaires de terrain pour implanter du photovoltaïque en échange de généreuses rémunérations. Parallèlement, la loi pour l'accélération de la production d'énergies renouvelables prévoit de mettre en place des zones d’accélération sur le territoire. Là, c'est aux communes de s'engager.

3 projets à Lablachère

La commune de Lablachère a dû faire des choix. Elle va accueillir trois projets : au Varlet (30 Ha), sur l'ancienne décharge (3 Ha) et au bord du stade de la Raze (1 Ha) soit 34 hectares sur un total de 3 300 Ha. Selon le Maire, difficile de s’opposer à cette énergie renouvelable.

Il faut de tout pour faire un monde et si on a besoin de changer les énergies fossiles pour les remplacer par des énergies renouvelables, il faut trouver des endroits et que chacun fasse un effort.

Jean-Pierre Laporte

Maire (SE) de Lablachère

La biodiversité menacée

Le projet sur les garrigues effraie Simon Contant. "Avant d'installer les panneaux, ils vont terrasser pour pouvoir poser les panneaux sur un sol nu". Le naturaliste craint la dégradation de la biodiversité. Le site étant un hot spot de grande diversité mondial. "Par exemple, cette tonsure abrite plusieurs dizaines d'espèces dont une espèce protégée" prévient-il.

Ce n'est pas parce qu'on a l'impression de ne rien voir qu'il n'y a rien.

Simon Contant

Naturaliste

Julia Burillon, éleveuse de chèvres et de brebis à Chandolas, est, elle aussi, très inquiète. La rumeur gronde sur les incitations auprès de propriétaires terriens en échange de loyers importants. "Les garrigues, c'est un environnement naturel que l'on préserve, une richesse maintenue par l'élevage, et qui nous fait vivre". Les panneaux photovoltaïques au sol réduisant considérablement les zones de pâture. Julia n'est pas opposée au photovoltaïque. Elle est favorable à l'installation de panneaux sur des surfaces artificialisées comme c'est prévu sur le toit de la bergerie communale.

Actuellement, le photovoltaïque fournit 139 MW d'énergie en Ardèche. La Direction Régionale de l'Environnement espère doubler la production cette année.