Privés de leur course, les organisateurs de l'Ardéchoise proposent des séjours touristiques à vélo en Ardèche

L'annulation de la fameuse course cycliste de l'Ardéchoise, qui devait se tenir dans 10 jours, met à mal le tourisme local. Les organisateurs organiseront donc des séjours tout l'été. À vos pédales.

La course de l'Ardéchoise passant le col de Mezilhac, juin 2010.
La course de l'Ardéchoise passant le col de Mezilhac, juin 2010. © Fabrice ANTERION/MAXPPP

Avec l'annulation de l'Ardéchoise, ce sont plusieurs acteurs du tourisme qui s'inquiètent. Cette fameuse course cycliste accueille 15.000 participants chaque année. Et elle apporte 10.000 nuitées aux hébergeurs locaux (hôtels, gîtes et campings). Face à l'inquiétude de ces acteurs, les organisateurs de l'Ardéchoise veulent limiter la casse en organisant des séjours de plusieurs jours à vélo, à travers le département.

 

5 parcours à travers le département

En 2020, ne dites pas l'Ardéchoise, mais "L'Ardéchoise autrement". Cet événement propose donc 5 itinéraires à travers le département. Au choix, ils pourront s'effectuer sur une vingtaine de dates entre juillet et octobre.

Deux de ces parcours partiront de "l'emblématique village de Saint-Félicien (village où siège L'Ardéchoise)" nous détaille Frédéric Gondrand, organisateur de l'événement, "mais nous voulons satisfaire toute l'Ardèche et renouer le lien avec nos hébergeurs." Toute l'Ardèche ou presque. Le nord du département autour d'Annonay et la vallée du Rhône ont été écartés pour des raisons de sécurité. "Nous avons choisi des routes peu fréquentées mais bien carrossées pour éviter les chutes" précise Frédéric Gondrand.

 

Les bénévoles toujours actifs

Pour chaque date, 15 cyclistes maximum seront acceptés sur chaque parcours. Ils sillonneront les routes du plateau ardéchois, des gorges du Doux, de Vogüé (classé parmi les plus beaux villages de France), à travers les châtaigneraies et la vallée de l'Eyrieux. Chaque jour, les itinéraires seront proposés dans plusieurs variantes, de 60 à 120 km, selon le niveau de chacun. Le but étant que l'après-midi soit libre pour que les bénévoles accompagnent les cyclotouristes.

"Nous allons proposer différentes animations. Par exemple des visites de monuments naturels ou patrimoniaux, des visites de fermes ou une escapade au Mont Gerbier-de-Jonc" explique Frédéric Gondrand,"le but est de créer une convivialité chez les cyclistes, un esprit de groupe".

L'objectif est aussi d'attirer les touristes dans les villages. Mais la fréquentation sera bien inférieure à celle de la course traditionnelle. "Nous prévoyons 1000 nuitées chez 13 hébergeurs et 2000 repas". En temps normal, c'est plus d'une centaine d'hébergeurs qui accueillent les participants de l'Ardéchoise.

 

Une perte économique importante pour l'Ardèche

Le tourisme ardéchois accuse déjà une perte sèche de 200 millions d'Euros de chiffre d'affaires à cause de la Covid-19. Ce qui représente 25% du chiffre d'affaire annuel. Et "de grands événements comme l'Ardéchoise vont nous manquer cette année" s'émeut Gil Breysse, directeur de l'agence de développement touristique de l'Ardèche. "Cette course apporte une contribution majeure à la notoriété du département" poursuit-il, "Tout confondu : participants, accompagnateurs, bénévoles et spectateurs, ce sont 33.000 personnes qui sont impliquées dans l'Ardéchoise." Economiquement, le chiffre d'affaires de cet événement s'élève à 6,9 millions d'Euros. "Si certains participants vont malgré tout faire leur propre ardéchoise de leur côté, on estime que l'on va perdre 80% de ce chiffre d'affaire" avance Gil Breysse.

Le professionnel du tourisme se veut toutefois optimiste. L'Ardèche et la Dordogne sont les deux départements qui ont la fréquentation la plus élevée dans le tourisme vert (hors tourisme balnéaire et de neige).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie cyclisme sport cyclisme sur route balades en été événements sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter