Réforme des retraites : en Ardèche, une forte hausse de la mobilisation ce mardi 31 janvier

Dans plusieurs villes d'Ardèche, comme à Annonay, le nombre de manifestants contre le projet de réforme des retraites est en forte hausse ce mardi 31 janvier, par rapport à la première journée de mobilisation du 19 janvier dernier.

Les Ardéchois se sont mobilisés en nombre mardi 31 janvier pour la deuxième journée de manifestation contre le projet de réforme des retraites. 

À Annonay, ce sont ainsi 7 000 personnes qui sont descendues dans la rue selon la préfecture. C'est deux fois plus que le 19 janvier dernier, quand environ 3 500 manifestants avaient défilé dans la ville contre le recul de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Ailleurs dans le département, la mobilisation est aussi en hausse à Aubenas où selon le décompte de la police transmis à la préfecture, ce sont 4 500 personnes qui ont marché contre le projet de réforme porté par le gouvernement d'Elisabeth Borne. Soit 1 000 manifestants de plus qu'il y a 12 jours. 

Et il y avait du monde à battre le pavé dans la matinée à Privas. Selon la préfecture, entre 2 600 et 3 000 personnes ont défilé pour dire leur opposition au recul de l'âge de départ à la retraite à 64 ans d'ici 2030 et à la hausse de la durée de cotisation portée à 43 ans dès 2027. 

"À Privas, il y avait plus de monde que lors de première journée de mobilisation le 19 janvier 2023 où la police avait comptabilisé 2 500 personnes", nous indique la préfecture de l'Ardèche. Les syndicats n'ont pas encore transmis leurs estimations sur le nombre de manifestants. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité