Une rencontre avec Salima, Catherine et Jean-Marc, bénéficiaires des Restos du coeur à Aubenas (Ardèche)

La distribution alimentaire a commencé aux Restos du coeur d'Aubenas / © Nicolas Ferro
La distribution alimentaire a commencé aux Restos du coeur d'Aubenas / © Nicolas Ferro

La 34 ème campagne des Restos du coeur a commencé et elle durera jusqu'au 16 mars. A Aubenas, les jeudis et le vendredi matin sont consacrés à la distribution alimentaire. Nous sommes allés à la rencontre de quelques bénéficiaires pour connaître leur parcours de vie.

Par Nicolas Ferro

La plupart des personnes qui viennent aux Restos du coeur vivent seules ou avec leurs enfants. Pour beaucoup d'entre elles, ce sont des retraités, homme ou femme. Des célibataires ou des personnes ayant perdu leur conjoint. Puis, depuis quelques années, ce sont de plus en plus des jeunes isolés  . Des jeunes femmes seules élevant leurs enfants. Et c'est nouveau, cette année, des jeunes hommes vivant dans la même solitude, avec un ou plusieurs enfants.

Vendredi matin, je suis allé à la rencontre de toutes ces personnes qui peinent à subvenir à leurs besoins. Elles ne peuvent plus se passer aujourd'hui des restos du Coeur. Trois d'entre elles ont accepté de se confier à moi ...     

Salima 


Salima est une jeune femme de 33 ans. Elle vit seule avec ses deux enfants de 6 et 8 ans. Elle travaille comme commerciale en intérim et quand les contrats se font trop rares, elle perçoit en complément le Revenu de Solidarité Active (RSA). C'est la première fois cette année que Salima franchit le seuil des Restos du coeur.
 
Salima lors de la distribution alimentaire / © Nicolas Ferro
Salima lors de la distribution alimentaire / © Nicolas Ferro


Salima : "C'est comme ci j'avais un peu honte, je suis gênée mais au final, je me dis qu' il n'y a pas à avoir honte, qu' il ne faut pas que je me ferme les portes". "Ca aide vraiment, çà va me faire la semaine".

 

Jean-Marc


Jean-Marc a 58 ans et comme Salima, il vit seul. Toute sa vie, il a travaillé comme magasinier-cariste en intérim dans la région de Troyes. Depuis trois mois, il habite en Ardèche car il a souhaité se rapprocher un peu de sa famille. Jean-Marc possède un handicap mais comme celui-ci ne dépasse pas le seuil des 50%, il ne peux pas prétendre à l'Allocation Adulte Handicapé (AAH).
 
Jean-Marc recevant un plat cuisiné. / © Nicolas Ferro
Jean-Marc recevant un plat cuisiné. / © Nicolas Ferro


Jean-Marc vient d'effectuer un stage en pizzeria et il aimerait trouver un travail dans la restauration. Actuellement, il est sans ressources et pour lui aussi, c'est la première fois qu'il se rend aux restos du coeur.

Jean-Marc : " Je me sens un peu gêné c'est sur mais je me dis que heureusement qu'il y a çà. Ce serait la galère encore plus !" " C 'est pour moi juste une étape de transition, je dois pouvoir retravailler ".

 

Catherine 


Depuis le décès de son mari et le déclenchement d'une grave maladie, Catherine vient aux restos du coeur depuis plus de trois ans. Catherine a 54 ans. Elle a travaillé pendant longtemps comme agent d'entretien dans plusieurs entreprises du secteur mais désormais, elle a perdu son travail et ne touche plus de ressources.
Catherine lors de la distribution alimentaire / © Nicolas Ferro
Catherine lors de la distribution alimentaire / © Nicolas Ferro
Catherine n'arrive plus à se payer certains médicaments qui ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. Heureusement pour elle, Catherine vit avec sa fille et ses trois petits-enfants qui la soutiennent.

Catherine : " La première fois, je suis venue en pleurs, je venais de perdre mon mari. La première fois c'est très dur, c'est le premier pas qui est difficile à faire". " Maintenant, çà me fait du bien de venir, il y a ici du soutient, toujours un petit mot gentil. Et puis, je fais aussi des rencontres, on discute,  je peux poser des questions à certaines personnes, les bénévoles, je reçois de l'aide...".
 


Les Restos du coeur d'Aubenas

Le centre des Restos du coeur d'Aubenas a accueilli l'année dernière 365 familles soit l'équivalent de 900 personnes. Alors que le seuil des ressources pour avoir accès aux Restos est très faible, le nombre des bénéficiaires ne cesse d'augmenter d'année en année. Pour cette nouvelle saison qui commence, les Restos ont déjà enregistré pas moins de 250 familles soit environ 600 personnes. Il s'agit là, une nouvelle fois d'un chiffre à la hausse qui présume que les gens vivant dans la misère seront encore plus nombreux.
 
 
La salle de distribution alimentaire tenue par ses bénévoles / © Nicolas Ferro
La salle de distribution alimentaire tenue par ses bénévoles / © Nicolas Ferro

Une centaine de bénévoles donne de leur temps pour faire tourner le centre. Chaque fin de semaine, ils sont là pour les accueillir. Au delà de la stricte distribution alimentaire, ces bénévoles jouent un rôle important d'accueil et d'écoute auprès de ces personnes. Il faut avoir de l'empathie pour être bénévole aux Restos.

A plusieurs reprises, j'ai pu me rendre dans différents centres des Restos du coeur. J'ai trouvé que l'ambiance est à chaque fois chaleureuse, le café toujours là ! Pour les bénéficiaires, c'est un moment qui compte durant lequel des paroles et des sourires s'échangent.

 
De gauche à droite, Georges Cartelier, Responsable de la distribution; Jean-Marie Genty, Responsable administratif et Jean-Louis Martin, Responsable du centre des Restos du coeur d'Aubenas / © Nicolas Ferro
De gauche à droite, Georges Cartelier, Responsable de la distribution; Jean-Marie Genty, Responsable administratif et Jean-Louis Martin, Responsable du centre des Restos du coeur d'Aubenas / © Nicolas Ferro

Les Restos du coeur fonctionnent tout au long de l'année avec des dons et une grande collecte auprès des Français est organisée chaque année au mois de mars. Cette année, elle aura lieu les 8 et 9 mars 2019.
 
L'entrée des Restos du coeur d'Aubenas au quartier Saint-Pierre / © Nicolas Ferro
L'entrée des Restos du coeur d'Aubenas au quartier Saint-Pierre / © Nicolas Ferro

Il y a deux ans, les Restos du coeur étaient situés au Champ-de Mars dans le centre-ville d' Aubenas. Mais avec les travaux pour créer un jardin public, les Restos ont dû déménager dans le quartier Saint-Pierre au 40 Chemin de la Fontaine de Cherron. Ce quartier est excentré de la ville et le transport en commun se fait rare. Les Restos aimerait que la société Tout'enbus qui s'occupe des transports dans l'agglomération d'Aubenas-Vals-les-Bains améliore le nombre de dessertes au moment de la campagne de distribution. 


L'accès est important mais il n'est pas le seul frein. Il existe encore bien des raisons pour que ces personnes, les plus démunies de notre société hésitent encore à franchir les portes des Restos du coeur. D'après Jean-louis Martin, responsable du centre d'Aubenas : " 20% de bénéficiaires ne viennent pas encore aux Restos alors qu'ils y auraient droit".   

 




 

Sur le même sujet

En attendant le Tour au Grand Colombier

Les + Lus