Un convoi très exceptionnel : l'incroyable sauvetage d'un avion bombardier, par des pompiers et des passionnés ardéchois

Il a fallu des mois de pugnacité et de conviction de nombreux bénévoles pour sauver ce tracker 07 et l'exposer près d'Aubenas en Ardèche.

Christian, pompier a la retraite, a du mal à cacher son émotion. Devant ce tracker historique. "À deux heures du matin, je pleurais devant l'avion, on se languissait qu'il arrive". Christian Kilgus est membre de l'association SOS Tracker 07. Une association créée pour sauver cet avion bombardier et le rapatrier depuis Nîmes jusqu'à l'aérodrome de Lanas, où il doit être exposé.

L’avion bombardier d’eau a longtemps aidé les hommes du feu à lutter contre les incendies. Aujourd’hui, hors service, ils lui disent merci. 

Raymond Gille, chef d'équipe à l'aérodrome de Lanas, raconte avec nostalgie le bruit inimitable et puissant du moteur, ses performances et sa maniabilité : "c'étaient des avions qui se manipulaient assez facilement, et particulièrement adaptés dans des reliefs comme les nôtres, en Ardèche". 

Un convoi très exceptionnel 

Parti deux jours plus tôt de Nîmes, où se situe la base aérienne de la Sécurité Civile, le Tracker est arrivé à 2h30 du matin sur l’aérodrome de Lanas dans le sud du département. 

Quatre semi-remorques ont été nécessaires pour transporter ce géant des airs et ses pièces détachées. 

L’avion qui ne vole plus depuis 2020, va être exposé, pour les passionnés d'aviation et de sauvetage, mais aussi pour sensibiliser aux feux de forêt et au réchauffement climatique.

Une histoire d'honneur

"C'était un parcours semé d'embûches" reconnaît Patrice Lieutier, sapeur-pompier et président de l'association SOS Tracker 07, "mais ne jamais rien lâcher !" Le ton indique combien il a fallu s'accrocher, y croire et donner de son temps pour faire arriver l'avion sur cette pelouse. "Simplement en hommage à tous ceux qui ont servi à son bord, à deux pilotes décédés au feu en 2005, on n'avait pas le droit de le lâcher" ajoute solennellement Patrice Lieutier.

Ce modèle de bombardier avait été créé au départ par l’US Navy pour espionner les navires russes au-dessus de l’Atlantique, puis les appareils ont ensuite été reconvertis en bombardiers d’eau dans les années 1970. 

"Les Tracker étaient utilisés en priorité sur des missions de surveillance et de première intervention, dites missions de guet aérien armé (GAAR)" peut-on lire dans les présentations officielles de la sécurité civile. "En raison de leur rapidité, ils étaient souvent les premiers à intervenir pour l'attaque de feux naissants. Capables d’emporter plus de trois tonnes d’eau, ils peuvent dans un premier temps larguer le produit retardant, qui sert à ralentir la propagation du feu et donne une couleur orangée aux largages. Les Canadairs sont ensuite mobilisés lorsque l’incendie est plus étendu".

Une page de l'histoire se tourne, mais la relève est là. Le Tracker peut compter sur le Dash, qui dispose d’un réservoir de 10.000 litres pour continuer le travail.