• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Areva emporte un contrat de démantèlement sur le réacteur Superphénix (Isère)

Le groupe français Areva a annoncé aujourd'hui (mardi 1er décembre) avoir décroché auprès d'EDF un contrat de "plusieurs dizaines de millions d'euros" portant sur le démantèlement des équipements internes de la cuve de l'ancien réacteur nucléaire Superphénix à Creys-Malville, en Isère.

Par dm (avec AFP)

Le contrat, prévu pour durer jusqu'en 2024, "porte sur les études préalables, la qualification des procédés, la fabrication des outils et les travaux de démantèlement des équipements" ainsi que sur "le conditionnement des déchets, notamment ceux fortement radioactifs", précise un communiqué. Selon Areva, ce contrat "mobilisera plus de 50 personnes en phase de pic de chantier".

La découpe des équipements internes de la cuve du réacteur de Creys-Malville

Le chantier représente le "premier démantèlement de tels équipements sur un réacteur de plus de 1000 mégawatts en France" et fera à ce titre "appel à des technologies de premier plan développées sur-mesure", selon Areva. "L'ambiance radiologique" au sein de l'installation impose par exemple "l'utilisation exclusive d'outils télé-opérés, tels que des robots d'intervention ou des bras de manipulation".

Les équipes d'Areva ont aussi mis au point des instruments "épousant les formes de la structure et facilitant le travail des téléopérateurs" afin d'opérer une découpe précise des différents éléments.

Superphénix / © France 3 Alpes Implantée en bordure du Rhône, sur la commune de Creys-Mépieu (Isère), la centrale de Creys-Malville est définitivement à l'arrêt depuis février 1998. Elle abritait Superphenix, un réacteur à neutrons rapides (RNR) refroidi au sodium.

Sur le même sujet

Manifestation contre l'interdiction de l'alpinisme et de l'escalade dans le Massif du Sancy

Les + Lus