Cet article date de plus de 5 ans

Auvergne : après le choc, le deuil national s'organise dans des conditions de sécurité particulières

Le décret du président François Hollande proclamant trois jours de deuil national jusqu'à mardi après les attentats qui ont fait au moins 129 morts vendredi a été publié ce dimanche au Journal officiel. Comment s'organise le deuil, alors que le pays est toujours en état d'urgence ?
Malgré les recommandations de la préfecture d'éviter les rassemblements, certains clermontois ont tout de même tenus à manifester leur hommage aux victimes. Sur la place de Jaude, des bougies, messages et fleurs ont été déposés
Malgré les recommandations de la préfecture d'éviter les rassemblements, certains clermontois ont tout de même tenus à manifester leur hommage aux victimes. Sur la place de Jaude, des bougies, messages et fleurs ont été déposés © Charline Coca / France 3
"Les 15 novembre, 16 novembre et 17 novembre 2015 sont déclarés jours de deuil national en hommage aux victimes des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015", peut-on lire dans le décret paru au JO.

C'est la sixième fois seulement qu'une telle mesure est décrétée sous la Ve République. Durant le deuil national, les drapeaux sont mis en berne et hissés à mi-mât sur les édifices publics et les administrations peuvent être fermées.

Le dernier deuil national en France remonte au début de l'année, le 8 janvier, en hommage aux douze personnes tuées dans l'attentat survenu la veille à Paris contre le journal satirique Charlie Hebdo.

Comment rendre hommage aux victimes lorsque l'état d'urgence est décrété ?


En Auvergne, les rassemblements publics sont déconseillés par la préfecture, pour des raisons évidentes de sécurité.
durée de la vidéo: 02 min 02
Auvergne : la prefecture organise l'état d'urgence en région ©France 3 Auvergne



L'appel de l'Etat et de ses représentants aux hommages silencieux


Les auvergnats pourront rendre hommage ensemble aux victimes des attentats ce lundi, lors de minutes de silence. Comme à Clermont-Ferrand, où le maire Olivier Bianchi appelle au recueillement lundi à 12 h.

"Dans le cadre du deuil national, j'appelle ce lundi à 12h l'ensemble des clermontois et des clermontoises à une minute de silence afin de témoigner leur soutien aux victimes et à leur famille.
Cette minute de silence nationale tiendra lieu d'hommage.
Pour ne pas mobiliser inutilement les force de l'ordre, je déconseille toute manifestation sur la voie publique. En revanche, pour rendre hommage aux victimes et à leur famille, pour montrer notre union et notre force, nous invitons chacun à déposer une bougie à sa fenêtre."


La préfecture aussi recommande cette forme d'hommage :

Les communautés religieuses enjoignent à la compassion


Nous nous joignons au COMMUNIQUE DU Conseil Français du Culte Musulman: CFCM La France vient d'être touchée une...

Posté par Grande Mosquée de Clermont-Auvergne sur samedi 14 novembre 2015



Dans un communiqué, l'archévêque de Clermont-Ferrand s'adresse à ses diocésains :

"Mgr Hippolyte Simon, archevêque de Clermont s’associe à la déclaration de l’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, il invite tous les diocésains à entrer dans une démarche de compassion envers les victimes, les morts, les blessés, les familles.
Il invite chacun à faire preuve de maitrise de soi. Face à ces attaques fanatiques, imprévisibles et imparables il ne faut pas se laisser paralyser par la peur.
Nous sommes invités à nous tenir dans la prière d’intercession pour la paix et les artisans de paix, car Dieu seul peut toucher les cœurs les plus endurcis.
Nous nous associons au deuil national décidé par les autorités de notre pays."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme