En Auvergne-Rhône-Alpes, insécurité et délinquance sont en baisse générale

Photo d'illustration. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Photo d'illustration. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

À la lumière des crimes et délits recensés en 2017, le Ministère de l'Intérieur publie un rapport sur l'insécurité et la délinquance en France. Il apparaît que vols et homicides sont en baisse, contrairement aux violences sexuelles qui sont en forte hausse. Dans la région, la tendance se confirme.

Par Jeanne Travers

À l'heure où la police de sécurité du quotidien commence à investir les départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Ministère de l'Intérieur publie un rapport aux conclusions globalement encourageantes.

À la lumière des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie en 2017, la place Beauvau analyse que l'insécurité et la délinquance sont en baisse globale en France Métropolitaine. Quelques nuances cependant : si le nombre de victimes d'homicides, de vols avec armes ou vols violents sans arme, ou encore de vols de véhicules sont tous à la baisse, le nombre de cambriolages a, lui, continué d'augmenter (même si plus faiblement que les années précédentes). Par ailleurs, "le nombre de violences physiques et sexuelles constatées par les forces de sécurité augmente en 2017".

Rhône et Isère sont les plus touchés par l'insécurité​


Ces tendances se vérifient à l'échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui s'inscrit plutôt dans la moyenne française. À noter cependant quelques disparités territoriales.

En effet, quelle que soit la nature des faits étudiés, les deux départements en tête sont toujours le Rhône et l'Isère. Les deux départements de la région les plus paisibles sont également toujours les mêmes : le Cantal et la Haute-Loire.

Ainsi, en 2017, les autorités ont dénombré une moyenne de 91,5 homicides dans la région. Parmi eux, 21,3 étaient commis dans le Rhône, contre 1,5 dans le Cantal.

À l'échelle nationale, 825 personnes ont été victimes d'un homicide en 2017. Un chiffre inférieur à celui de 2016 (892), année marquée par les attentats terroristes. Les plus touchés sont les hommes âgés de 15 à 29 ans. Parmi les auteurs présumés, 83% sont des hommes, généralement entre 18 et 60 ans, et 86% d'entre eux sont de nationalité française.

Forte augmentation des viols, agressions et harcèlements sexuels - "l'effet Weinstein" ?


En 2017, les forces de sécurité ont recensé en région Auvergne-Rhône-Alpes 1 544 victimes de viol, 2 374 victimes d'agressions sexuelles, regroupant également les faits de harcèlements. À l'échelle nationale, la région n'est cependant pas la plus touchée : c'est le quart nord-ouest qui souffre le plus de ce type de crime.

Cependant, les autorités précisent que ces chiffres "sous-estiment grandement l'ampleur du phénomène des violences sexuelles dans la société". Le Ministère de l'Intérieur pose la précaution que :

Ces données ne traduisent qu'une faible part du phénomène réel, étant donné les faibles taux de signalement de ces atteintes par les victimes ou témoins aux forces de l'ordre.


Néanmoins, le nombre de cas portés à la connaissance des autorités est en forte hausse (+12%). La conséquence, sans doute, de l'affaire Weinstein, dont les répliques se font sentir un peu partout dans le monde.

© Ministère de l'Intérieur
© Ministère de l'Intérieur

Les femmes restent dans la grande majorité des cas les cibles de ces viols, agressions ou harcèlements sexuels. Parmi les victimes, trois femmes sur quatre les ont subis dans la sphère intrafamiliale.

Pour ce qui est des mis en cause, les forces de sécurité ont recensé 22 300 auteurs présumés, dans la très grande majorité des hommes. Ils se répartissent dans "pratiquement toutes les tranches d'âges, depuis les très jeunes jusqu'aux plus âgés". 86% de ces personnes sont de nationalité française.

Baisse des vols avec armes, mais hausse des cambriolages

À l'échelle nationale, les vols avec armes (armes à feu, armes blanches ou armes par destination, c'est-à-dire objets utilisés comme armes) sont à la baisse : -3% en 2017. Le rythme est cependant nettement ralenti par rapport aux trois années précédentes (-12% en 2016 et -14% en 2015). Si l'Ile-de-France et la région PACA se distinguent très largement du reste du territoire métropolitain, l'Auvergne-Rhône-Alpes campe cependant une bonne 3ème place, avec plus de 12 faits pour 100 000 habitants.

Dans le détail, le Rhône a recensé 339 vols avec armes et 252 pour l'Isère. Le Cantal et la Haute-Loire font ici aussi figure de bons élèves, avec chacun 4 vols avec armes.

Les cambriolages en revanche sont à la hausse, et la région Auvergne-Rhône-Alpes compte parmi les plus touchées. En 2017, le nombre de cambriolages commis ou tentés, sur les résidences principales comme secondaires, est à la hausse : +2%. Parmi eux, 37 170 ont été constatés dans la région, soit 8,7 pour 1 000 logements. Là aussi, le Rhône en compte le plus (9 856) ainsi que l'Isère (7 567), loin devant le Cantal (232) et la Haute-Loire (631).

► Cliquez ici pour lire le rapport dans son intégralité.


Lyon, 2e commune de France la plus touchée par la délinquance dans les transports en commun

À noter également que les transports en commun lyonnais battent des records : 7 582 faits de délinquance y ont été recensés en 2017. Lyon est la 2e commune de France la plus touchée, juste derrière Paris (55 855) et devant Marseille (4 442).

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Renzo Sulli sur la Police de Sécurité du Quotidien

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés