À La Chapelle-d’Alagnon (Cantal), un premier verger conservatoire planté pour préserver les variétés d’arbres auvergnats

Dans le Cantal, à la Chapelle-d’Alagnon, un premier verger conservatoire a été planté pour préserver l’existence des variétés d’arbres fruitiers de la région. Un premier projet qui sera suivi de deux autres vergers pour protéger ce patrimoine naturel auvergnat.

Le premier des trois vergers prévus par le Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne a été planté à la Chapelle-d'Alagnon (Cantal).
Le premier des trois vergers prévus par le Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne a été planté à la Chapelle-d'Alagnon (Cantal). © C.Lamorelle/FTV

À la Chapelle-d’Alagnon, près de Murat (Cantal), le Conservatoire d’espaces naturels (CEN) d’Auvergne a planté un premier verger pour préserver les arbres fruitiers de la région. Un projet de long terme qui vise à protéger ce patrimoine naturel.

L’Auvergne, « région fruitière »

« C’était une région fruitière assez importante jusqu’aux années 1950, 1960. Il faut savoir qu’au début du XXème siècle, les départements du Puy-de-Dôme et du Cantal étaient dans les trois ou quatre premiers départements producteurs de France, explique Clément Méritet, ‘Monsieur vergers’ au CEN d’Auvergne. C’était quasi-exclusivement des vergers de pommiers mais l’on retrouvait aussi un petit peu de pruniers et de poiriers. » Dans le récent verger de la Chapelle-d’Alagnon, ce sont précisément ces trois types d'arbres qui viennent d'y être plantés. L'ensemble des variétés choisies représentent le patrimoine fruitier local, mais ce verger n'est pas destiné à la production de fruits. « Le principal intérêt d’un verger conservatoire, c’est de faire du bois pour pouvoir multiplier des variétés qui sont en train de disparaître de nos territoires, précise-t-il. Pour cela, nous avons besoin de greffons et c’est là tout l’objet d’un verger conservatoire : produire des petites baguettes de bois. Avec la partie basse du greffon, nous pouvons réaliser des greffes au printemps, ou à l’été en faisant des greffes en écusson ou en écaille. »

Le premier de trois vergers conservatoires

La plantation de ce premier verger s’inscrit dans un Contrat territorial vert et bleu de l'Alagnon qui devrait se poursuivre. « Dans le cadre de cette action, nous avons prévu de planter trois vergers, ajoute Emilie Dupuy, du CEN Cantal. Ici, à la Chapelle-d’Alagnon, c’est le premier, dans les prochaines semaines nous allons peut-être en planter un second et la troisième plantation se fera en hiver, en fin d’année 2021. » À terme, ces vergers pourront accueillir des sorties pédagogiques pour sensibiliser à la conservation des espèces végétales.

[Cantal] La semaine dernière, nous étions à la Chapelle d'Alagnon pour planter un verger conservatoire 👉 une douzaine d'...

Publiée par Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne sur Jeudi 25 février 2021

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature patrimoine