Alerte pollution dans le Cantal : les limitations de vitesse réduites sur les routes

Jeudi 25 février, en raison de poussières en provenance du Sahara, le Cantal est placé au niveau de pollution orange. Le préfet du Cantal a pris des mesures afin de limiter cette pollution. Ainsi, à compter du vendredi 26 février, 5h00, les limites de vitesse seront abaissées sur les routes.

A partir du vendredi 26 février 5h00, en raison d'un épisode de pollution dans le Cantal, un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré sur tous les axes routiers où la vitesse limite autorisée est normalement supérieure ou égale à 90 km/h.
A partir du vendredi 26 février 5h00, en raison d'un épisode de pollution dans le Cantal, un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré sur tous les axes routiers où la vitesse limite autorisée est normalement supérieure ou égale à 90 km/h. © Vincent Isore / MAXPPP

C’est le deuxième nuage de sable qui s’abat sur l’hexagone depuis le début du mois de février. Le Cantal, comme de nombreux départements d’Auvergne-Rhône-Alpes, n’est pas épargné par le phénomène des poussières du Sahara. Jeudi 25 février, le département a même été placé au niveau de pollution orange. Afin de limiter cet épisode de pollution, le préfet du Cantal a pris un certains nombres de mesures.

Ces mesures ci-dessous prennent effet vendredi 26 février, à partir de 5h00.

Mesures relatives au secteur du transport

Toutes les mesures suivantes prennent effet à compter de jeudi 25 février 17 heures.

Mesures relatives au secteur agricole

Mesures relatives au secteur industriel

Mesures relatives au secteur des chantiers du BTP et carrières

Mesures relatives au secteur résidentiel

Mesures relatives aux spectacles pyrotechniques

Les feux d’artifice sont interdits durant l’épisode de pollution.

Recommandations

La préfecture a émis un certain nombre de recommandations. Les personnes vulnérables et sensibles sont invitées à observer les recommandations sanitaires ci-dessous :

• éviter les activités physiques intenses ;
• reporter les activités qui demandent le plus d’effort ;
• s’éloigner des grands axes routiers aux périodes de pointe ;
• demander conseil en cas de gêne respiratoire ou cardiaque.

Et en règle générale :

• privilégier les sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
• limiter les activités physiques intenses.

Toutes les informations sont en ligne sur le site de la préfecture.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement transports