Aurillac : après 20 ans de polémique, la zone commerciale ouvre à La Sablière

Ce mardi 18 mai, l'hypermarché de la nouvelle zone commerciale de la Sablière, à Aurillac, a ouvert ses portes. D'ici la fin de semaine, toutes les enseignes auront levé le rideau, l'épilogue d'un dossier vieux de 20 ans qui aura vu se succéder nombre de recours judiciaires et de polémiques.

La zone commerciale de La Sablière à Aurillac a ouvert ses portes ce mardi 18 mai.
La zone commerciale de La Sablière à Aurillac a ouvert ses portes ce mardi 18 mai. © L.Théodore/FTV

Elle s'étend sur près de 4 hectares, à la sortie d'Aurillac. Une zone commerciale flambant neuve à La Sablière, qui compte une quinzaine de moyennes surfaces et un hypermarché de 6 000 m² qui a ouvert, ce mardi 18 mai au matin. « C’est grand, les boutiques sont sympas. C’est le magasin qui nous manquait sur Aurillac. Il va y avoir du monde, ça va faire du bien à la ville. On ne se croirait pas à Aurillac, pour une petite ville comme ça c’est vraiment top. Je pense que ça peut par contre causer du tort en centre ville », raconte une habitante venue faire ses achats. « La zone est agréable, c’est facile de circuler. Je suis venu par curiosité et pour faire quelques courses. Je voulais comparer les différents magasins. Il fallait que ce soit fait. Les magasins en périphérie étaient engorgés, on se tassait, ce n’était pas pratique pour se garer… », explique un autre client de la nouvelle grande surface.

"Il manquait ce genre d’équipement à Aurillac"

De débats houleux en recours juridiques, il aura fallu 20 ans pour que le projet de La Sablière voie le jour. « On a réadapté l’architecture pour que ça s’insère le mieux possible avec des espaces verts généreux pour que ce soit compatible avec l’environnement d’Aurillac. On a travaillé avec la collectivité pour ne pas avoir de doublons avec le centre-ville. On a tâché de faire quelque chose de cohérent. Il manquait ce genre d’équipement à Aurillac », détaille Johann Mercier, promoteur de cette nouvelle zone commerciale. Et les clients sont au rendez-vous, le parking était bien rempli ce mardi. La galerie compte une quinzaine de moyennes surfaces sur 40 000 mètres carrés.

Ouverture de la zone commerciale de La Sablière à Aurillac

Des enseignes qui s'agrandissent

L'enseigne d’équipements de sport de Sonia Teil a été l'une des premières à signer pour s'installer ici, délaissant un bâtiment de 1 500 m², dans une autre zone commerciale de la ville. « On avait besoin de mètres carré, d’un grand parking pour satisfaire nos clients. Ici, on a des allées beaucoup plus confortables. C’est plus moderne, on est sur des rayons avec une troisième hauteur, on a 7 caisses donc moins d’attente… Avant, on avait 3 caisses, maintenant elles sont modernes et digitales. On a un peu plus de références et on monte en gamme sur des produits plus techniques », affirme Sonia Teil. Elle ajoute : « C’est important d’être dans une zone qui soit attractive. C’est une zone très moderne, très jolie, très grande et qui, j’espère, va attirer du monde. » A la Sablière, l'enseigne a gagné 1000 m², 4 caisses et espère une progression de 30% de son chiffre d’affaires.

"Ca va fragiliser les commerces alentours"

A quelques kilomètres de là, dans le centre-ville d'Aurillac, les commerçants se préparent à rouvrir leurs boutiques. Certains sont anxieux quant à l’impact qu’aura la nouvelle zone commerciale sur leur activité. « C’est complétement à contre-courant de ce qui se fait aujourd’hui mais il va falloir composer avec. Ca va fragiliser les commerces alentours et d’autres structures. Après, on se dit que l’achat plaisir restera toujours dans l’esprit des gens. On espère que, comme l’offre proposée est différente, la cible sera différente », déclare Noélie Crétois, présidente de l'association des commerçants du centre-ville. Autre effet plus inattendu sur l'emploi : au moment de recruter son personnel, la zone commerciale est venue piocher en centre-ville. En tout, près de 400 postes étaient à pourvoir et dans certains secteurs, il est tout simplement devenu impossible de recruter.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie polémique société