Aurillac : forte affluence dans un magasin de jouets avant le confinement

Ce jeudi 29 octobre, un magasin de jouets d'Aurillac a connu une affluence digne du mois de décembre. Par peur que le confinement ne dure plus longtemps que prévu, certains ont pris de l'avance pour faire leurs cadeaux de Noël.

A Aurillac, un magasin de jouets a enregistré une affluence digne d'un samedi de décembre, jeudi 29 octobre.
A Aurillac, un magasin de jouets a enregistré une affluence digne d'un samedi de décembre, jeudi 29 octobre. © J.Teiller/FTV
Exceptionnellement, la fermeture attendra au magasin de jouets d’Aurillac jeudi 29 octobre. Inquiets de ne rien avoir à mettre sous le sapin, les clients se précipitent, tellement en avance, que les 40 000 catalogues n'ont pas encore été distribués. « On a envie qu’il y ait quelque chose sous le sapin quand même ! D’ici décembre, il faut que l’on trouve quelque chose pour nos petits », expliquent deux clientes venues faire leurs achats de Noël.

"On se croirait 10 jours avant Noël"

Dans les rayons, les 7 salariés sont d'infatigables lutins, et conseillent les parents à la recherche du cadeau de rêve. « On se croirait 10 jours avant Noël, c’est de la folie. Les gens ont peur de ne pas avoir le jouet qu’ils veulent, donc là on ne touche pas terre », explique l’une des vendeuses de l’enseigne. En effet, les clients craignent de se retrouver dépourvus si le confinement devait durer plus longtemps que prévu. « On essaie d'être prévoyants. Je préfère acheter dans un magasin local qui a l’habitude de me conseiller plutôt que d’acheter sur internet. Je pense que c’est aussi un côté citoyen que de profiter de nos magasins qui nous aident tout au long de l'année."

Un service de vente en ligne

Quelque 500 clients ont été enregistrés ce jeudi, pour un panier moyen de 70 euros, une journée comparable à un samedi de décembre. Ce magasin a pu renflouer un peu les caisses avant de fermer. Les ventes vont se poursuivre en ligne et par téléphone, une question de survie pour le patron Lionel Dupuy : « C'est notre plus gros chiffre d’affaires de l'année donc on est obligés de travailler. Noël c’est très important pour beaucoup de personnes. C'est un gros enjeu, et mon stock, j’en fais quoi ? J’ai des produits qui vont durer dans le temps, mais je ne sais pas combien de temps je vais mettre à les vendre si je ne les vends pas là, sur les deux mois. » A partir de lundi 2 novembre, 6 lignes téléphoniques seront actives, le père Noel veut être prêt à répondre à toutes les commandes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société