Aurillac : la ville offre un bon d’achat de 30 euros à chaque foyer pour aider les petits commerces

Vendredi 27 novembre, le maire d’Aurillac a dévoilé les dispositifs mis en place par la municipalité pour soutenir les commerçants. Mesure phare : l’attribution, sans conditions de ressources, d’un bon d’achat de 30 euros par foyer, à dépenser dans les boutiques.
 
Le bon d'achat de 30 euros offert par la mairie d'Aurillac sera valable auprès des commerçants du centre-ville.
Le bon d'achat de 30 euros offert par la mairie d'Aurillac sera valable auprès des commerçants du centre-ville. © Lydie Ribes / FTV
A l’occasion d’une conférence de presse, Pierre Mathonier, maire (PS) d’Aurillac, a dévoilé vendredi 27 novembre les mesures d’accompagnement mises en place par la municipalité afin de venir en aide aux commerçants, frappés par la crise sanitaire. Parmi les dispositifs, une mesure phare, l’attribution, sans conditions de ressources, d’un bon d’achat de 30 euros par foyer, à dépenser dans les commerces du centre-ville. « C’est ouvert à tous les foyers aurillacois. On aura le moyen de vérifier par le fichier des listes électorales et par celui de la taxe d'habitation. Même ceux qui n'en payent pas pourront en bénéficier. Pour que les Aurillacois puissent faire valoir ce droit, on va mettre en place un coupon numérique sur le site de la Ville, sur la page Facebook et un coupon papier dans un catalogue distribué dans toutes les boîtes aux lettres et dans le magazine Aurillac Infos. Par retour de courrier ou de mail, on enverra le bon d’achat » explique Pierre Mathonier.

Valable du 15 décembre au 15 février

Ce bon d’achat sera utilisable dans les commerces fermés pendant le deuxième confinement, du 15 décembre au 15 février. Il sera valable dans l’hyper centre auprès de tous les commerces, plus les chocolatiers et les cavistes. Un autocollant apposé sur leur devanture permettra de les identifier. Le coupon sera aussi valable dans les commerces qui ne sont pas dans le centre-ville, s’ils font moins de 300 m², hors galerie commerciale de supermarchés. Le bon d’achat est sécurisé, numéroté et infalsifiable.
 

C’est une mesure anti-Amazon

Le maire d’Aurillac souhaiterait que les habitants dépensent ce bon pendant la période de Noël. Il indique : « Cette opération vise à soutenir les commerçants. Si les restaurants sont ouverts fin janvier, hormis les restos rapides, le bon d’achat y sera utilisable. Il sera aussi valable pendant les soldes. C’est un message positif que l’on veut donner aux commerçants et leur dire qu’on est à côté d’eux. Cela vise à soutenir le pouvoir d’achat. Nous luttons contre l’évasion numérique, c’est une mesure anti-Amazon ». Cette mesure, d’un coût prévisionnel d’environ 300 000 euros, s’inspire de dispositifs déjà mis en place à Tours ou à Saint-Flour mais présente la particularité de ne pas prendre en compte les conditions de ressources. Environ 17 000 foyers aurillacois sont concernés. La municipalité s’attend à un taux de retour des coupons de 60 %.

D'autres mesures

Cette mesure s’accompagne d’autres dispositifs dédiés. Ainsi, un catalogue recensant toutes les offres de 200 commerçants de la ville sera distribué dès le 7 décembre dans toutes les boîtes aux lettres. Ils pourront indiquer l’adresse de leur site, s’ils pratiquent le drive ou le click and collect. De plus, les commerces pourront ouvrir leurs portes ce dimanche 29 novembre. Un arrêté préfectoral doit être pris dans ce sens. Par ailleurs, le maire n’exclut pas le maintien « dans la mesure du possible » de marchés de Noël, après le 15 décembre. Des animations seront proposées, avec les illuminations et les manèges, « pour soutenir l’activité » explique Pierre Mathonier. Une heure de parking gratuite sur les parkings de la ville sera proposée. La conciergerie est aussi maintenue afin de retirer ses achats. Enfin, le maire réfléchit avec les élus de la CABA (Communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac) à proposer aussi des mesures d’accompagnement sur ce territoire.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie coronavirus/covid-19 santé société confinement