Cantal : il lance une pétition pour plus d’accessibilité aux sourds et malentendants

Publié le
Écrit par Solenne Barlot

Guillaume Chabaud, habitant du Cantal et atteint de surdité profonde, a lancé une pétition, qui a pour objectif de rendre l’échange avec les conseillers plus accessible aux sourds et malentendants. Son projet : équiper les administrations de chats en ligne directs.

Rendre l’administration plus accessible aux sourds et malentendants, c’est le projet d’un habitant de Menet, dans le Cantal. Guillaume Chabaud a 37 ans, cet employé polyvalent en grande distribution est devenu sourd il y a quelques mois, suite à des problèmes de santé, et sa vie est devenue passablement compliquée : « Je suis atteint de surdité profonde bilatérale depuis le début de l'année, en à peine un mois, je suis devenu sourd. J'ai eu affaire un monde n'ayant pas les services adéquats. La CPAM, qui est le premier service de l'état devant gérer la santé des concitoyens, ne permet pas d’échange avec une personne au téléphone. Vous devez passer par un message Ameli, qui a un nombre de caractères limités et avec une réponse en deux jours ouvrés », expose Guillaume Chabaud. Face à cette constatation, il a décidé de lancer une pétition pour rendre obligatoires les services de chat en ligne, pour permettre aux personnes sourdes et malentendantes d’échanger en direct avec un conseiller.

Des difficultés à échanger avec des conseillers

S’il cible particulièrement ici les services de l’Etat, pour lui, beaucoup de démarches administratives sont rendues plus difficiles en raison de la surdité : « Souvent, les banques ne proposent pas de service d'échanges mise à part les courriels. Des assurances ne communiquent que par courriel aussi. Elles refusent de discuter via une tierce personne, comme beaucoup d’institutions, car des données sensibles peuvent être à fournir. Pour une consultation médicale, il faut télécharger l'application RogerVoice. Souvent nous sommes renvoyés vers cette application, gratuite 1 heure par mois. Ca ne suffit pas, car vous avez envie de téléphoner à vos proches. On est obligés de passer par un abonnement à 29.99€ pour des appels en illimité, et donc de payer deux abonnements téléphoniques », dénonce Guillaume Chabaud. L'application RogerVoice offre un service de traduction en langue des signes française et en langue française parlée complétée via des interprètes et des codeurs. La visio-interprétation est assurée en temps réel, par des interprètes diplômés français/LSF et des visio-codeurs diplômés en LCP. Elle permet également de transcrire quasi-automatiquement la parole en texte. Le service est accessible du lundi au vendredi de 8h30 à 19h, hors jours fériés, selon le site du gouvernement.

Nous avons le droit de pouvoir contacter des conseillers ou d’être aidés dans nos démarches comme une personne lambda.

En attendant, Guillaume Chabaud compte sur ses proches lorsqu’il s’agit de passer un appel : « Une tierce personne appelle pour moi, ou alors je contacte par courriel quand cela est possible, ce qui implique toujours un délai plus long pour avoir des informations ou une réponse. » La crise du COVID 19 et le port du masque ont, pour lui, aggravé la situation. En effet, il apprend à lire sur les lèvres grâce à l’association PEP 15, qui accompagne les personnes en situation de handicap. Via sa pétition, Guillaume Chabaud entend dénoncer un manque de formation et d’informations sur la prise en charge du handicap de la surdité : « Les choses peuvent changer, il suffit de mettre en place le dispositif nécessaire et que cela soit obligatoire pour tous les sites qui interagissent ou vendent un produit quel qu'il soit, distributeur d'énergie, opérateur téléphonique, sites administratifs, banques, assurances. Si une application a été créée, c'est que la technologie existe pour le faire, mais pourquoi ne pas l'appliquer à tous les services administratifs et entreprises ? Nous sommes peut-être sourds ou aveugles ou muets, mais nous existons, nous avons le droit de pouvoir contacter des conseillers ou d’être aidés dans nos démarches comme une personne lambda. Il est temps que la voix des handicapés se fasse entendre », maintient Guillaume. Sa pétition a d’ores et déjà récolté plus de 20 000 signatures.