Cantal : dans le secret de la production d'eaux de vie originales

C'est dans un coin reculé du Cantal qu'un passionné a choisi d'installer sa distillerie. Les alcools que produit Baptiste François sont originaux voire audacieux. Des "gnôles naturelles", confidentielles. Le distillateur ne produit pas plus de 2 000 bouteilles par an.
 
Cet alambic permet à un distillateur du Cantal de produire des eaux de vie originales.
Cet alambic permet à un distillateur du Cantal de produire des eaux de vie originales. © L. Théodore / FTV
Dans le Cantal, dans un paysage, saisi par la neige et le froid, Baptiste François mène un combat pour faire monter la température de cet alambic centenaire. Il explique : « Maintenant, avec la neige, il y a de nouvelles conditions qui font que la chauffe va être un peu plus longue aujourd’hui. Je terminerai de distiller à la nuit tombée ». Il produit une eau-de-vie de vin qui se laissera désirer toute la journée.

Un alcool inattendu

A l'intérieur de l'atelier, en revanche, la première distillation d'un alcool inattendu sort de l'alambic. « Ce sont des alambics qui sont à feux nus, je ne peux distiller que des jus liquides. Actuellement, je distille de la bière. Elle n’est pas commercialisable chez le brasseur car elle présente trop de mousse, pas assez de bulles, elle est trop vieille. Le premier jus s’appelle le brouillis et on voit bien qu’il est trouble, un peu brouillon. Il faudra le redistiller, ce qui permet d’avoir avec une seconde distillation un alcool en moyenne à 70% d’alcool pur » indique Baptiste François. Cette bière présente des saveurs de whisky jeune. Des distillations originales et naturelles, c'est la marque de fabrique de la maison !
Baptiste François a créé une gamme d'alcools originale dans le Cantal.
Baptiste François a créé une gamme d'alcools originale dans le Cantal. © L. Théodore / FTV

Je fais des choses uniques, je ne sais pas faire autrement 

Il souligne : « Le « Shochu » est une eau de vie de saké qui a le goût de champignon. Je suis le seul à le faire en France. Il y aussi le « Embrassez des inconnus » qui est une distillation de crachoirs de salons de vin nature. C’est très rare, vu qu’il n’y a plus de salons. Il y a une aromatique de fruits rouges. Le dernier né de ma gamme est un whisky. J’ai pris l’habitude de ne pas faire comme les autres, d’avoir une originalité dans ma manière de travailler, de partager ce que j’aime faire. Je fais des choses uniques, je ne sais pas faire autrement » confie Baptiste François. Chaque année, Baptiste commercialise 2 000 bouteilles et distille aussi pour les particuliers. Une production confidentielle, à goûter avec modération.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alcool société artisanat économie