Coronavirus COVID 19. Cantal : les producteurs de fromage AOP lancent un appel à l'aide aux consommateurs

Les producteurs de fromage AOP du Cantal lancent un appel à la solidarité auprès des consommateurs après une chute des ventes liée au coronavirus COVID 19. / © ALAIN JOCARD / AFP
Les producteurs de fromage AOP du Cantal lancent un appel à la solidarité auprès des consommateurs après une chute des ventes liée au coronavirus COVID 19. / © ALAIN JOCARD / AFP

Dans le Cantal, la crise sanitaire du coronavirus COVID 19 a des conséquences sur les ventes de fromage AOP du Cantal, qui chutent de 50%, d'après les chiffres de la FDSEA. Le syndicat lance un appel à la solidarité à destination des consommateurs dans l’espoir de faire repartir les ventes.

Par Solenne Barlot

L’épidémie de coronavirus COVID 19 a conduit a une très forte chute de l’achat des fromages AOP, selon la FDSEA du Cantal (Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles). Pour tenter de faire repartir les ventes de Cantal, Saint-Nectaire ou encore Fourme-d ’Ambert, la FDSEA a lancé un appel aux consommateurs sur les réseaux sociaux : « Nous invitons tous les Cantaliens à faire preuve de solidarité en prévoyant à la maison autant de stocks de fromages Cantal, Saint-Nectaire, Fourme d’Ambert et Bleu d’Auvergne que vos frigos et vos caves peuvent en accueillir ! Ce sont des produits plus précieux pour l’économie du Cantal que le papier toilette ! ».

Des baisses de 50 à 60% des ventes

Selon Joël Piganiol, président de la FDSEA du Cantal, plusieurs facteurs expliquent cette baisse brutale : « Déjà, les restaurants, qui sont de gros clients, ont fermé, ainsi que certains marchés. On a l’impression que les consommateurs se sont aussi recentrés sur des produits de base, le beurre, les pâtes, et boudent les produits fermiers. Il y a aussi le fait que les fromages nécessitent un contact avec le fromager, ils sont souvent vendus à la découpe, les gens ont peut-être peur de cette interaction. » Les ventes ont chuté de 50% en moyenne cette semaine, et jusqu’à plus de 60% pour certains producteurs.

Drive, livraison, des solutions ?

Pourtant, des solutions ont été mises en place pour tenter d’attirer les consommateurs : « Il y a un drive fermier animé par la Chambre d’Agriculture du Cantal, avec des points de retrait à Saint-Flour et Aurillac. Sur leur site internet, on peut ainsi commander directement depuis chez soi. En début de semaine, la grande distribution s’est engagée à maintenir ses commandes mais s’il n’y a pas de ventes, ils ne pourront pas continuer », regrette Joël Piganiol. Les producteurs de Cantal ne sont pas les seuls à pâtir de cette situation. En une semaine, ce sont plus de 300 000 litres de lait qui n’ont pas pu trouver preneur, selon Joël Piganiol.

"Si dans les semaines à venir, il n’y a pas de vente, on ne s’en relèvera pas"

Pour les producteurs de fromage et laitiers, la situation devient de plus en plus critique, affirme Joël Piganiol : «  On est en grande difficulté. Si la consommation n’est pas au rendez-vous, des entreprises et des producteurs vont devoir arrêter leur activité. On veut faire passer le message que des emplois sont en jeu, et que si les consommateurs n’en achètent pas maintenant, après, il n’y en aura plus. Si dans les semaines à venir, il n’y a pas de vente, on ne s’en relèvera pas. »
 

Sur le même sujet

Les + Lus