Pierre Soissons, un photographe amoureux du Cantal

Rencontre avec le photographe Pierre Soissons, qui sillonne inlassablement le Cantal. / © Claude Bernard
Rencontre avec le photographe Pierre Soissons, qui sillonne inlassablement le Cantal. / © Claude Bernard

L'homme s'est installé en 1981 dans le Cantal. Et depuis, il ne cesse de lui rendre hommage. Portaits et paysages nourrissent les photographies de Pierre Soissons.

Par Sandrine Montéro

Cela fait 37 ans que Pierre Soissons promène sa silhouette dans les paysages du Cantal, au milieu de la nature et des hommes qui habitent ce territoire.
"Comme j’habitais un charmant petit village, Montsalvy, au début quand je suis arrivé dans le Cantal j’allais peu en montagne, j’étais plutôt attiré vers le sud, l’Aubrac, les Causses. Et puis un jour, j’ai découvert vraiment les montagnes du Cantal, les Monts du Cantal. Et depuis, ça ne m’a pas quitté", raconte le photographe. "C’est un paysage qui est abordable (…) On peut aller partout".

Connu pour ses cartes postales, en particulier ses formats panoramiques, Pierre Soissons s’est également imposé dans le monde de l’édition. En 1996, aux côtés de Laurence Adnet, il a créé une maison d’édition « Quelque part sur terre », spécialisée dans le livre photo. Une belle aventure qui se traduit par la publication d'une trentaine d'ouvrages.
"Les gens aiment ses cartes postales, connaissent son travail par rapport à ces paysages. Même s’il fait d’autres choses (…), il peut faire de très beaux portraits, il est profondément attaché aux paysages du Cantal, il en est amoureux. C’est même un besoin pour lui physique d’aller se confronter à ces paysages-là", estime Laurence Adnet, directrice artistique et éditrice .

"Moi, ça m’équilibre de marcher, chacun trouve sa sérénité comme il peut, je voudrais montrer toute la beauté du Cantal", affirme celui qui s’apprête à publier en fin d’année un nouvel ouvrage, pour offrir à ses lecteurs un voyage au pays des burons.
"Je veux que ce livre soit très identitaire du Cantal. Après, on peut avoir des lumières un peu dramatiques, un peu romantiques - elles vont y être - mais toujours avec l’identité « Cantal ». Se dire : oui je connais ce chemin, je connais ce buron, je connais cette montagne, je connais ce plateau", explique Pierre Soissons.

Pierre Soissons, un photographe amoureux du Cantal
Intervenants : Pierre Soissons, photographe ; Laurence Adnet, directrice artistique-éditrice ; Olivier Maynard, photographe culinaire - Claude Bernard, Lydie Ribes, Alexis Cretin

 

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus