Cet article date de plus de 4 ans

Quand le Cantal s’invite dans le débat Le Pen-Macron

Lors du débat du second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, mercredi 3 mai, il a été question d’emploi, de terrorisme, de fiscalité et… du Cantal. Pour dénoncer une éventuelle sortie de l’euro, Emmanuel Macron a pris l’exemple de « l’éleveur du Cantal". 
Débat Le Pen-Macron, mercredi 3 mai. Afin d’illustrer son propos sur la nécessité de rester dans l’euro, Emmanuel Macron a pris l’exemple de « l’éleveur du Cantal » ce qui a fait réagir sur les réseaux sociaux.
Débat Le Pen-Macron, mercredi 3 mai. Afin d’illustrer son propos sur la nécessité de rester dans l’euro, Emmanuel Macron a pris l’exemple de « l’éleveur du Cantal » ce qui a fait réagir sur les réseaux sociaux. © STRINGER / AFP
Mercredi 3 mai, le « grand débat » tant attendu entre les deux finalistes à la présidentielle s’est déroulé dans un climat pour le moins tendu. Parmi les sujets abordés : la sortie de l’euro. Opposé à ce qu’il qualifie de « grand n’importe quoi du projet de Marine Le Pen », à savoir la sortie de l’euro, Emmanuel Macron a pris exemple sur l’éleveur du Cantal  et sa nécessité de commercer avec l’Italie.

"L'éleveur du Cantal achète ses produits à l'étranger, donc en euros, mais il paiera ses salariés en France ? S'il est éleveur, il a des broutards qu'il envoie engraisser en Italie. Les Italiens, il les paiera en euros mais ses salariés en francs?" "Hou là là, ça va être compliqué", a-t-il lancé.

durée de la vidéo: 00 min 55
Le Cantal s'invite dans le débat présidentiel



Un échange qui a suscité nombre de réactions sur les réseaux sociaux. A commencer par celle de la Cantalienne d’origine mais aussi patronne de la FNSEA, Christiane Lambert.

 


Autres réactions
 


 


 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élection présidentielle politique élections emmanuel macron marine le pen