A Clermont-Ferrand et à Aurillac, les professionnels de la petite enfance manifestent

A Clermont-Ferrand, environ 200 professionnels de la petite enfance ont défilé jeudi 28 mars pour dénoncer la réforme voulue par le gouvernement. / © P.Félix/France 3 Auvergne
A Clermont-Ferrand, environ 200 professionnels de la petite enfance ont défilé jeudi 28 mars pour dénoncer la réforme voulue par le gouvernement. / © P.Félix/France 3 Auvergne

Les professionnels de la petite enfance se mobilisent, jeudi 28 mars, contre la réforme voulue par le gouvernement. Ils dénoncent des conditions d'accueil dégradées pour les enfants et une diminution du nombre de professionnels qualifiés par structure. 

Par D.Cros

"Pas de bébé à la consigne ! " c'est le slogan affiché par les professionnels de la petite enfance en grève, jeudi 28 mars, dans plusieurs villes de France. Ils dénoncent la réforme des modes d’accueil de la petite enfance voulue par le gouvernement. 

A Clermont-Ferrand, près de 200 manifestants se sont rassemblés dans l’après-midi place Michel de l’Hospital. Ils se sont ensuite rendus à la Caisse d'allocations familiales (CAF) située rue Pélissier. "Nous comparons les enfants a du bétail et des sandwichs. C'est choquant certes mais de plus en plus dans les crèches c'est la politique du remplissage. Pour autant le personnel n'est pas augmenté" souligne Justine Chassaing, éducatrice de jeunes enfants en crèche municipale. 
Les professionnels de la petite enfance dénoncent les conditions d’accueil dégradées des enfants. / © P.Félix/France 3 Auvergne
Les professionnels de la petite enfance dénoncent les conditions d’accueil dégradées des enfants. / © P.Félix/France 3 Auvergne


Manque de places et manque de personnel qualifié 

Les professionnels dénoncent le manque de places d’accueil dans les crèches et la baisse du nombre de professionnels qualifiés par structure. Selon eux, les adultes débordés ne peuvent pas accorder de moments individuels et privilégiés aux enfants. Ils disent vouloir assurer un accueil digne, veiller à la sécurité et au bien-être des petits qu’ils gardent.

Dans le Cantal, un rassemblement était également organisé, à 10 heures, place de l’hôtel de ville à Aurillac. Environ vingt personnes étaient présentes. Elles ont été reçues en préfecture en fin de matinée.   
Pendant le défilé, la CGT a distribué des tracts indiquant : "Nous ne pouvons accepter que le nombre d’enfants par professionnel augmente, que la surface d’accueil diminue, que vos enfants soient pris en charge par des professionnels non ou moins formés".

Sur le même sujet

Les + Lus